Jumbo-Visma : Christophe Laporte raconte sa nouvelle vie

Jumbo-Visma : Christophe Laporte raconte sa nouvelle vie©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le lundi 28 février 2022 à 12h02

Transféré cet hiver chez Jumbo-Visma après huit ans chez Cofidis, le Français Christophe Laporte a changé d'univers. Il le raconte.



Dimanche, il n'est pas passé loin de frapper un joli coup sur Kuurne-Bruxelles-Kuurne. A 25 kilomètres de l'arrivée, Christophe Laporte a tenté l'échappée avec deux rivaux avant de finalement s'avouer vaincu face au peloton et notamment au Néerlandais Fabio Jakobsen, vainqueur au sprint. Le Français a finalement terminé 8eme avec sa nouvelle équipe de Jumbo-Visma. Cet hiver, le coureur de 29 ans a mis un terme à huit ans passés chez Cofidis pour s'en aller devenir l'un des lieutenants de Wout van Aert, le numéro 2 mondial derrière Tadej Pogacar.

Laporte : « C'est un grand changement car en France, j'étais dans mon confort »

Une nouvelle vie pour le Français qui a bien débuté. L'intégration s'est très bien passée. « On a déjà fait un stage avec l'équipe au mois de décembre. Puis on est parti à Tenerife pour trois semaines. C'est une équipe très bien structurée, ce n'est pas difficile de s'intégrer, même si je dois encore travailler mon anglais », confie Christophe Laporte dans Nice-Matin. Il est le seul cycliste français dans cette équipe étrangère. Mais il trouve néanmoins ses repères. « Oui, même s'il faut un peu de temps pour s'intégrer au groupe, puisqu'il existait déjà un noyau de coureurs. Il faut prendre sa place, mais tout s'est bien passé, se réjouit l'ex-coureur de Cofidis. C'est un grand changement car en France, j'étais dans mon confort, je connaissais tout le monde, tout le staff et tout se passait bien avec les coureurs... »


Et, quid de Wout van Aert ? « Tout se passe très bien. En plus Wout parle français. C'est un avantage parce que je vais beaucoup courir avec lui, tout le printemps. Mais je m'entends bien avec tout le monde », indique Laporte qui n'avait jamais commencé sa saison aussi tard. « Ça fait bizarre de regarder les courses à la télé. J'ai l'habitude de commencer par les courses françaises, l'Étoile de Bessèges, le Tour 06-83. Mais j'ai eu la Covid mi-janvier, j'ai perdu pas mal de temps dans ma préparation. J'ai été malade pendant 2-3 jours et j'ai eu du mal à m'entraîner pendant les 10 jours qui ont suivi. J'ai dû décaler les dates de mon stage de cinq jours, ce qui me fait manquer Omloop (remportée par Van Aert). Quand on voit les courses à la télé, on a envie d'y être, de voir ce que la préparation a donné car l'entraînement et les courses c'est toujours différent », dit le Français qui avait besoin de changement.

Pas sûr de faire le Tour de France

« Je m'étais toujours dit que j'irais à l'étranger, c'est une autre façon de voir les choses. C'est une plus grosse équipe, avec encore plus de moyens, plus de personnels. Ils travaillent encore plus dans la recherche, la performance, en améliorant tous les détails possibles. C'est ce que je voulais, mais aussi être avec des coéquipiers qui font partie des meilleurs du monde, ça pousse à élever son niveau », souligne Christophe Laporte qui ne sait pas encore s'il disputera le Tour de France. « On en a déjà discuté, ça fait partie des points importants de la saison. La décision n'est pas prise me concernant. Ça sera soit le Tour, soit la Vuelta. Ça dépendra de Paris-Nice, où je serai avec Primez (Rog/ic) et une partie de l'équipe qui ira au Tour, puis de ma forme sur les classiques. Après les classiques, l'équipe annoncera le reste de la sélection. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.