Ineos Grenadiers : Après onze saisons, Chris Froome a tiré sa révérence

Ineos Grenadiers : Après onze saisons, Chris Froome a tiré sa révérence©Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le dimanche 08 novembre 2020 à 21h45

A l'occasion de la dernière étape de la Vuelta, Chris Froome a disputé son dernier jour de course avec Ineos Grenadiers. Onze saisons qui ont été marquées par des résultats et quelques polémiques.

 

La prochaine fois qu'ils se croiseront en course, ils seront adversaires. Onze ans après son arrivée au sein d'une équipe dénommée Sky, Chris Froome va quitter la férule de Dave Brailsford, qui a façonné un des coureurs qui aura marqué les années 2010 concernant le cyclisme professionnel. Arrivé au terme de son contrat avec la formation désormais connue sous le nom d'Ineos Grenadiers, le « Kenyan Blanc » a disputé son dernier jour de course sous ses couleurs ce dimanche à l'occasion de la dernière étape de la Vuelta, remportée au sprint par Pascal Ackermann. « C'est une histoire d'amour qui a duré onze ans, a confié Chris Froome face à la presse. C'était une journée émouvante, ma dernière journée avec l'équipe après onze ans ensemble. » Une dernière journée sur le vélo qui est venu conclure plus d'une décennie qui a vu le natif de Nairobi passer d'équipier modèle à leader impitoyable avant de tirer sa révérence dans un quasi-anonymat au terme d'un Tour d'Espagne qu'il aura traversé avec difficulté.

Une décennie marquée par la patte Froome

Après des débuts professionnels sous licence kenyane au sein des équipes Konica Minolta puis Barloworld, c'est en 2010 que sa carrière a pris son envol. Chris Froome rejoint en effet une structure nouvelle dans le petit monde du peloton professionnel, mais terriblement ambitieuse. « Ce qui m'intéresse, c'est ma progression depuis 2011, ça ouvre des perspectives », a déclaré le Britannique au sujet de son long bail au sein de l'équipe dirigée par Dave Brailsford qui, ironie de l'histoire, s'est conclue le jour où il a enfin reçu le trophée de son tout premier Grand Tour, la Vuelta 2011. Un Tour d'Espagne où il était venu comme coéquipier de Bradley Wiggins avant de se montrer plus fort que son leader. Un scenario qui s'est reproduit l'année suivante sur le Tour de France. Nettement plus solide que « Wiggo », « Froomey » s'est sacrifié et a concédé à son compatriote le maillot jaune. Mais, au final, ce n'était que partie remise avec ses quatre succès en cinq éditions. Toutefois, la chute terrible qu'il a vécu sur le Critérium du Dauphiné en 2019 a mis fin à ses ambitions de rejoindre Eddy Merckx, Jacques Anquetil, Bernard Hinault et Miguel Indurain au sommet du palmarès du Tour de France. Un dernier Tour de France en 2017 auquel il aura ajouté la Vuelta avant de vivre le dernier grand frisson de sa carrière sur le Giro 2018, son septième et dernier Grand Tour.


L'ombre du dopage en 2018 avant un nouveau départ dès 2021

Une offensive de grande envergure sur le Colle delle Finestre, une échappée solitaire de 80 kilomètres réglée comme du papier à musique et trois minutes d'avance sur la concurrence à l'arrivée. C'est ainsi que Chris Froome a renversé le Tour d'Italie dans une période de sa carrière qui restera marquée par une suspicion de dopage. Sur le Tour d'Espagne 2017, le Britannique a vécu un contrôle anormal, finalement positif au salbutamol, qui a provoqué une onde de choc dans le peloton. Menacé de perdre tous ses résultats alors que l'UCI a ouvert une procédure à son encontre, les organisateurs du Tour de France ont tout fait pour l'empêcher de participer à la Grande Boucle en 2018 avant d'être blanchi par l'instance mondiale à peine quelques jours avant le Grand Départ d'une épreuve qui aura finalement été une passation de témoin avec Geraint Thomas, qui remportera le Tour l'année suivante. Mais son bail au sein de l'équipe Ineos Grenadiers s'est refermé sur une dernière saison difficile. Lourdement blessé lors de cette chute sur le Dauphiné, le « Kenyan Blanc » n'a jamais donné l'impression de retrouver son meilleur niveau et c'est sans doute ce qui a poussé Dave Brailsford à ne pas prolonger son engagement au-delà de 2020. Alors que le jeune Chris Froome a rejoint en 2010 une formation ambitieuse, il va se donner à 35 ans un dernier défi dans une autre équipe très ambitieuse depuis ses débuts dans l'élite en 2020, Israel Start-Up Nation. Un défi à la hauteur du personnage.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.