Ineos : Aucune garantie de retour en pleine forme pour Froome

Ineos : Aucune garantie de retour en pleine forme pour Froome©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le lundi 28 octobre 2019 à 16h15

Présent à Saitama ce week-end pour le Critérium organisé par le Tour de France, Chris Froome n'a pas caché les doutes qui entourent son retour à la compétition prévu en 2020.

Chris Froome est en plein doute. Le Britannique, qui devait retrouver sa place à l'occasion du Critérium de Saitama, disputé ce dimanche et remporté par le Japonais Yukiya Arashiro, a finalement renoncé et s'est contenté d'un court contre-la-montre par équipes dans les rues de la cité nippone après avoir reconnu une partie du parcours de la course en ligne des Jeux Olympiques de Tokyo, durant laquelle Jakob Fuglsang, Romain Bardet et Michal Kwiatkowski l'ont décramponné. En marge de cet événement, Chris Froome s'est longuement confié à Cyclingnews, revenant sur sa convalescence en assurant se sentir mieux sur le vélo qu'à marcher avec des béquilles. Il est toutefois rassuré par la consolidation de ses os à la suite des nombreuses fractures engendrées par la violente chute dont il a été victime lors du Critérium du Dauphiné. « En ce qui concerne la fracture du fémur, c'est incroyable. Ma récupération est vraiment bonne à ce niveau, l'os a retrouvé sa solidité, a confié Chris Froome. Les vis resteront là, sans doute à vie. J'ai de la chance que les fractures sont loin des extrémités, au milieu des os. La seule fracture présente au niveau d'une jointure est dans mon épaule mais ce n'est que l'épaule et ça guérit vraiment bien. »

Froome : « Je ne sais pas à quel niveau je serai »

Après ces quelques tours de roue, Chris Froome va être contraint de subir une nouvelle opération chirurgicale afin de retirer certains éléments en métal qui ont permis de stabiliser ses os et de faciliter le processus de guérison. Un passage obligé qui va contraindre le Britannique à différer un peu plus son retour plein et entier à la compétition. « Après l'opération, il me faudra quelques semaines de repos mais j'espère être en mesure de m'entraîner normalement en décembre et, à partir de là, tout devrait s'enchaîner, ajoute ainsi le leader de la formation Ineos au fil de cet entretien accordé à Cyclingnews. J'ai l'espoir de reprendre la compétition au mieux en février et on prendra les choses au jour le jour ensuite. » Un retour dans le peloton qui, à ses yeux, reste plein d'inconnues et Chris Froome ne l'occulte pas : il n'est pas certain de retrouver un jour le niveau qui lui a permis de gagner quatre Tours de France, deux Vueltas et un Giro. « Dans le sport, il n'y aucune garantie, tout comme dans la vie en général, avec ce type de processus mais si je fais mon retour en course en février... Je ne sais pas à quel niveau je serai mais j'espère que, dans les quatre mois, je serai en mesure de participer au Tour de France en étant moi-même, confie un Chris Froome qui aura besoin de certitudes dans les mois à venir. C'est mon objectif et ça le restera tant que n'aurai pas trouvé la moindre raison de croire que ce n'est pas possible. »

Froome vise un cinquième Tour et les JO

Ce retour à la compétition n'est alimenté que par une seule chose, la volonté de marquer l'histoire du cyclisme en allant chercher un cinquième Tour de France. Un succès qui lui permettrait de rejoindre les légendes que sont Eddy Merckx, Jacques Anquetil, Bernard Hinault et Miguel Indurain au sommet du palmarès officiel de la Grande Boucle. « A l'heure actuelle, c'est ce qui me motive. Je sens que je suis si proche de rejoindre le club des cinq, ce qui est un grand objectif pour moi, assure à Cyclingnews le natif de Nairobi qui a une autre idée derrière la tête pour 2019. Et les Jeux Olympiques de Tokyo, qui se dérouleront sur un parcours très accidenté, seront l'objectif parfait à la suite du Tour de France. » Mais, avant même de songer à atteindre ces objectifs ambitieux, le but de Chris Froome sera de retrouver son meilleur niveau dans les plus brefs délais et le Britannique reste anxieux à ce sujet. « C'est ma plus grande inquiétude. Quand le chirurgien m'a dit que c'était bon pour reprendre la compétition, je me suis toujours demandé... C'est quelque chose de courir et c'est tout autre chose de réellement essayer de gagner le Tour de France, affirme le coureur de la formation Ineos. Ce sont deux niveaux fondamentalement différents. Ça reste à voir. Comme je l'ai dit, il n'y a pas la moindre garantie. Ce que je sais, c'est ce que je vais donner tout ce que j'ai. J'ai comme l'impression qu'il y a encore un potentiel inexploité en moi. » C'est un Chris Froome dans le flou total qui prépare ainsi son retour à la compétition en 2019, un flou qui pourrait contraindre l'équipe Ineos à modifier ses plans en vue des Grands Tours.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.