Groupama-FDJ / Madiot : " Si vous ne croyez pas en Pinot, restez chez vous "

Groupama-FDJ / Madiot : " Si vous ne croyez pas en Pinot, restez chez vous "©Media365
A lire aussi

Marie Mahé, publié le mardi 29 janvier 2019 à 16h00

Invité de l'émission « Bistro Vélo » sur Eurosport, Marc Madiot, le manager de l'équipe cycliste française Groupama-FDJ, a clairement indiqué que ne pas croire en son leader Thibaut Pinot serait plus qu'une erreur.

Cela a au moins le mérite d'être clair. Marc Madiot pense, avec ses mots, que ne pas croire en Thibaut Pinot serait une grosse erreur. Pour lui, son année 2019 sera plus que solide, dans la lignée de sa récente et prestigieuse victoire au Tour de Lombardie. Malgré un palmarès plutôt impressionnant et qui prend de l'ampleur au fil des années, le sportif français a rarement échappé aux critiques, notamment sur le Tour de France. Tout récemment, le manager de la Groupama-FDJ, également président de la Ligue nationale de cyclisme (LNC), était l'invité de l'émission « Bistro Vélo » sur Eurosport. L'ancien coureur cycliste est longuement revenu sur le cas du leader de son équipe, Thibaut Pinot, qu'il défend corps et âme : « Si vous ne croyez pas en Pinot, restez chez vous. Restez à penser que les Français sont des ringards, restez dans le fauteuil. Je crois en mes coureurs. Quand je prends le départ d'une course avec eux, je pense toujours qu'on peut gagner, quelle que soit la course. Je n'en sais rien si Pinot va gagner le Tour, mais je pense que tout au long de l'année, vous allez voir un coureur beaucoup plus déterminé, beaucoup plus offensif, avec peut-être davantage de certitudes. »

Madiot : « Ce n'est pas dans l'ADN de notre équipe de faire des gros chèques »

Marc Madiot a également évoqué un autre dossier, à savoir celui du Belge Remco Evenepoel, le petit prodige qui a signé son premier contrat professionnel, cette saison, au sein de la formation Deceuninck-Quick-Step. La Groupama-FDJ aurait également pu faire de Wout Van Aert et Mathieu van der Poel des cibles potentielles : « Je n'ai même pas essayé de le signer, il y avait trop de concurrence. Je pense qu'il était trop cher. D'autres coureurs étaient intéressants, surtout les crossmen Van Aert et van der Poel. Mathieu van der Poel je sais déjà par son grand-père (ndlr : Raymond Poulidor) qu'il veut rester dans le cyclo-cross jusqu'aux JO, et Van Aert j'avais eu un contact mais c'était très cher. Van Aert, pour le grand public, ça n'a pas encore une grande signification en France. Il faut qu'il y ait un retour sur investissement, on ne peut pas faire n'importe quoi, et ce n'est pas dans l'ADN de notre équipe de faire des gros chèques pour aller chercher des gros leaders, ce n'est pas dans notre histoire. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.