Grande-Bretagne : Un coureur renommé aurait tenté d'échapper à un contrôle antidopage en 2012

Grande-Bretagne : Un coureur renommé aurait tenté d'échapper à un contrôle antidopage en 2012©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365 : publié le lundi 25 octobre 2021 à 18h45

Après les révélations concernant un programme privé de tests antidopage concernant la nandrolone, un coureur britannique aurait tenté de se soustraire à un contrôle antidopage en amont des Jeux d'été de Londres en 2012.



Les nuages s'amoncellent au-dessus de la Fédération Britannique de cyclisme (British Cycling). Le magazine Mail on Sunday a, en effet, révélé dans ses colonnes une nouvelle affaire lié au dopage. Récemment, l'Agence Mondiale Antidopage (AMA) a révélé qu'un programme privé de tests afin de détecter la nandrolone a été mis en place et géré par les membres de British Cycling, au mépris des règlements mondiaux concernant la lutte contre le dopage. Toutefois, les nouvelles informations concernant un coureur présenté comme étant « de premier plan » et remontent à la période précédant les Jeux d'été de Londres, en 2012. En effet, ce coureur dont l'identité n'a pas été révélée a essayé de se soustraire à un contrôle antidopage inopiné ayant eu lieu lors d'un camp d'entraînement. Visiblement courroucé par l'irruption du contrôleur alors qu'il devait partir faire une randonnée, ce coureur a proposé au préposé de le suivre en voiture afin de se rendre dans un lieu plus propice au contrôle. Or, se déplaçant en moto, le coureur concerné a rapidement distancé le contrôleur.

Pour l'ancien entraîneur en chef, le coureur n'avait rien à se reprocher

Toutefois, après une absence d'une heure, ce coureur a pu fournir un échantillon. Mais, alors que ce type d'incident fait généralement l'objet d'une enquête puis de sanctions, aucune trace n'en a été conservée. Un fait troublant qui peut être expliqué par le fait que ces circonstances n'aient pas été prises en compte ou par d'éventuelles pressions pour passer l'incident sous silence. Pour sa part, l'ancien entraîneur en chef de British Cycling Shane Sutton a affirmé que le cycliste concerné n'avait rien à se reprocher. « Cette personne était l'athlète le plus propre que je connaisse et il est triste que de telles informations ressortent au sujet de ce groupe d'entraînement après tout ce qu'ils ont pu réussir », affirme ce dernier. Cette affaire est liée à celle des tests antidopage clandestins puisque le cycliste concerné appartient au groupe en ayant été la cible, qui a remporté pas moins de 70 médailles toutes compétitions confondues, dont notamment aux Jeux d'été. Une affaire qui fait à nouveau ressurgir le spectre du dopage sur le cyclisme britannique.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.