Dopage : Un ancien maillot vert du Tour de France pris par la patrouille ?

Dopage : Un ancien maillot vert du Tour de France pris par la patrouille ?©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le mardi 14 mai 2019 à 20h51

A la suite de révélations faites par les quotidiens Le Monde et Corriere della Sera, l'ancien sprinteur italien Alessandro Petacchi est accusé d'avoir eu recours à des transfusions sanguines durant sa carrière, ce qu'il nie en bloc.

Meilleur sprinteur du Tour de France 2010, Alessandro Petacchi va-t-il voir sa carrière salie par une affaire de dopage ? L'ancien coureur d'équipes comme Fassa Bortolo, Milram ou Lampre voit, en effet, son nom mêlé à l'opération « Aderlass », qui enquête sur un réseau de dopage sanguin mis en place par le médecin allemand Mark Schmidt et démantelé ces derniers mois. Selon des informations des quotidiens Le Monde et Corriere della Sera, les enquêteurs avancent qu'Alessandro Petacchi aurait bénéficié de transfusions sanguines autologues, c'est-à-dire l'injection de son propre sang prélevé quand il était riche en globules rouges afin d'avoir un meilleur transport de l'oxygène dans le corps, en 2012 et 2013. L'utilisation d'une telle pratique tombe sous le coup du Code Mondial Antidopage mais, également, de la Loi en Italie. L'arrivée du nom d'Alessandro Petacchi dans cette affaire serait le fait d'un autre ancien coureur, l'Allemand Danilo Hondo, qui a récemment avoué dans les médias avoir eu recours au dopage durant sa carrière.

Petacchi nie en bloc

Mais, contacté par le Corriere della Sera, l'ancien sprinteur a nié toute implication. « J'apprends de vous que ce Mark Schmidt était le médecin de l'équipe Milram quand j'en étais un coureur. Peut-être a-t-il géré le suivi des coureurs allemands mais je ne l'ai jamais vu, ni connu, confie l'Italien à ce sujet. Je ne suis jamais allé dans son cabinet en Allemagne ou ailleurs. Je n'ai jamais eu recours à des transfusions sanguines et je ne sais pas pourquoi mon nom apparaît dans ce dossier. » Quand à l'idée selon laquelle Danilo Hondo est responsable de son implication, Alessandro Petacchi ne se l'explique pas. « J'ai toujours considéré Danilo Hondo comme un ami, nous avons récemment discuté par messages et il n'a aucune raison de se venger de moi, assure celui qui a remporté 22 étapes sur le Giro. Je ne sais vraiment pas comme expliquer un tel mensonge. » Alors que le cyclisme essaie toujours plus de se débarrasser de ses vieux démons, l'ombre du passé reste toujours présente.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.