Dopage : L'ancien médecin de l'équipe Sky reconnu coupable !

Dopage : L'ancien médecin de l'équipe Sky reconnu coupable !©Media365

Aurélien CANOT, publié le vendredi 12 mars 2021 à 12h35

L'ancien médecin chef de l'équipe Sky Richard Freeman a été reconnu coupable vendredi d'avoir commandé de la testostérone en 2011 à des fins de dopage « sachant ou croyant qu'elle devait être administrée à un coureur pour améliorer ses performances sportives ».

La presse anglaise a immédiatement parlé de « tremblement de terre » à la lecture du verdict. Richard Freeman, ex-médecin chef de l'équipe Sky, a été reconnu coupable vendredi d'avoir commandé en juin 2011 de la testostérone à des fins de dopage, « sachant ou croyant qu'elle devait être administrée à un athlète pour améliorer ses performances sportives ». « Le tribunal a conclu que vous, le Dr Freeman, avez passé la commande et obtenu le Testogel, sachant ou croyant qu'il devait être administré à un athlète pour améliorer ses performances sportives. Le motif de votre action était de dissimuler un comportement », a conclu vendredi matin le président du Medical Practitioners Tribunal Service de Manchester, en charge de statuer sur le cas des médecins visés par des plaintes. L'ancien responsable du service médical du désormais Team Ineos Grenadiers avait reconnu qu'il avait bien commandé trente sachets de Testogel, une substance interdite en compétition comme hors-compétition. En revanche, le Docteur Freeman avait toujours nié les faits qui lui étaient reprochés, à savoir que le testostérone en question serait administré anonymement à l'un des coureurs de l'équipe.

L'ancien médecin avait reconnu 18 des 22 chefs d'accusation



Pour sa défense, l'ancien médecin avait ainsi toujours affirmé que s'il avait commandé ce produit, c'était uniquement sous la pression du responsable de l'entraînement de l'équipe Sky à l'époque et également directeur technique de la Fédération britannique l'Australien Shane Sutton, qui l'harcelait pour qu'il se charge de lui faire parvenir ce produit susceptibles de guérir les problèmes d'érection de l'intéressé. Or, Sutton avait toujours démenti. De la même façon, Freeman, s'il avait reconnu 18 des 22 chefs d'accusation retenus contre lui, dont l'achat de testostérone et le mensonge à l'agence antidopage britannique, contestait en revanche les quatre autres, tous en rapport avec la livraison du gel en question au siège de la Fédération britannique et de l'équipe Sky, à Manchester en juin 2011. Soit en marge du succès du leader de l'équipe Bradley Wiggins sur le Critérium du Dauphiné. Le Dr Freeman, qui risque une suspension de quatre ans, repassera devant la justice le mois prochain. Il saura alors s'il peut ou non continuer de pratiquer la médecine.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.