Divers : Bakelants dézingue l'équipe AG2R-La Mondiale

Divers : Bakelants dézingue l'équipe AG2R-La Mondiale©Media365

Aurélien CANOT, publié le mardi 16 avril 2019 à 13h11

Victime d'une terrible chute sur le Tour de Lombardie 2017, Jan Bakelants (33 ans), aujourd'hui coureur de Sunweb, ne digère pas l'attitude de son ancienne équipe, AG2R-La Mondiale. Dans le podcast belge « Vive le vélo », l'ex-protégé de Vincent Lavenu n'épargne pas ses anciennes couleurs.

Jan Bakelants vide son sac. Deux ans après sa terrible chute survenue lors du Tour de Lombardie 2017, le coureur belge de 33 ans garde toujours en travers de la gorge l'attitude de son équipe de l'époque, AG2R-La Mondiale. Transféré depuis chez Sunweb, Bakelants n'a pas tourné la page sur tous les plans pour autant. Dans le podcast belge « Vive le vélo » relayé par nos confrères de cyclismactu, il revient avec toujours autant d'amertume et d'agacement sur le manque de considération dont il avait fait l'objet après avoir dévalé le ravin sur cinq mètres dans une descente, se fracturant sept côtes et deux vertèbres dans sa cascade. « J'étais laissé à moi-même et cela a commencé le soir de la chute elle-même, déplore le Flamand. Tous les membres de l'équipe sont rentrés à la maison, personne ne s'en souciait. Personne ne s'est assuré de la gravité de la situation. Il n'y avait pas de médecin d'équipe avec moi. Il y avait une fracture de la colonne vertébrale instable, ce qui est vraiment au bord de la paralysie et personne n'est resté à l'hôpital ce soir-là. »

Bakelants : « AG2R m'a tenu au chaud avec la carotte de la Vuelta »

Un sentiment de solitude que le lauréat du Tour du Piémont et du Tour d'Emilie en 2015 a connu de nouveau, un peu plus tard, lorsqu'il s'apprêtait à remonter sur le vélo. Avec du recul, l'intéressé a comme l'impression que son employeur ne partageait pas le même enthousiasme à le revoir en selle. « On aurait dit qu'ils repoussaient délibérément mon retour. Pourtant, un professeur avait donné le feu vert », analyse Bakelants, qui assure néanmoins qu'en termes de paiements, son équipe était « correcte ». Le vainqueur de la 2eme étape du Tour de France 2013 (il évoluait alors sous les couleurs de la RadioSchak-Leopard) avoue qu'il n'a pas apprécié non plus la façon qu'aurait eue AG2R-La Mondiale, toujours à l'entendre, de lui faire miroiter qu'il pourrait faire partie de l'équipe retenue pour le Tour d'Espagne, alors qu'il est persuadé qu'il n'en avait jamais été question. « Tout au long de l'année, AG2R m'a tenu au chaud avec la carotte de la Vuelta (...) Une semaine avant, ils m'appelaient pour dire que je n'étais pas autorisé à venir. C'était une accumulation de démarches malheureuses d'AG2R », regrette celui qui a passé trois saisons au sein de la meilleure formation française. Vincent Lavenu appréciera.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.