Direct Energie : Coquard, les merguez et Bernaudeau

Direct Energie : Coquard, les merguez et Bernaudeau©Media365

Aurélien CANOT, publié le vendredi 09 juin 2017 à 11h00

Bryan Coquard a répondu jeudi à son directeur sportif chez Direct Energie Jean-René Bernaudeau, qui lui a lancé un ultimatum pour disputer le Tour de France.

Gagner au moins une étape du Critérium du Dauphiné pour avoir une chance de disputer le Tour de France. Et encore sans aucune garantie d'être présent au départ de la Grande Boucle, qu'il réponde ou non aux attentes de son directeur sportif. Jean-René Bernaudeau n'a toujours pas digéré la décision de Bryan Coquard de ne pas prolonger son contrat chez Direct-Energie et l'avait fait clairement comprendre mardi dernier dans l'Equipe en laissant entendre qu'il pourrait le priver du Tour, avec cette sorte d'ultimatum : « S'il nous donne des garanties, il ira. Des garanties, c'est gagner une étape du Dauphiné. »
Coquard veut "la cerise sur le gateau"
Dans le même journal, l'intéressé a répondu jeudi à son directeur sportif. « S'il faut gagner absolument une étape pour être au départ du Tour, il n'y aura pas grand monde au départ du Tour », peste Coquard, qui vivrait très mal de ne pas faire partie des neuf coureurs retenus pour la course à étapes la plus célèbre au monde. Même s'il préfère s'en amuser pour le moment. « J'espère que je ne serai pas en train de manger des merguez au mois de juillet. » En attendant de connaître la sélection définitive, le jeune sprinteur préfère rêver d'une sortie royale. « Si je pouvais gagner sur le Tour pour ma dernière saison avec Direct Energie et le dernier Tour de Thomas (Voeckler), qui m'a beaucoup apporté depuis que je suis passé pro, ce serait la cerise sur le gâteau. » Forcément, si cela se passe comme ça, la pilule risque de beaucoup mieux passer auprès de Bernaudeau.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
3 commentaires - Direct Energie : Coquard, les merguez et Bernaudeau
  • Je pense que c'est au niveau mental que nous avons un problème,et ceux,dans tous les sports....Il y a toujours quelque chose qui ne va pas ! Il faudrait inculquer des l'enfance,l'envie de gagner !! Mais vu la politique depuis des décénnies,toujours des paroles,et peu d'actions,ce n'est pas encore demain la veille !!!

    quelques années en arrière ..les coureurs ..ils géraient leurs courses...maintenant ils veulent rentrer dans le top 10 et basta ! d'accord avec PPC .

  • aucun coureur Français est au niveau internationale ,nous ne sommes pas prêt d'avoir un coureur de grand tour ,je dirai même cette année il n'y aura aucun coureur Français sur le podium ,si devant la presse et regarder la couleur de leur chaussette ou devant la télé pour se regarder le nombril là ils sont très fort ,quand on voit les coureurs des autres Nations se n'est pas la même musique eux bosses l'hiver pour préparer la saison

    à 2 ou 3 exceptions près dans les sports individuels c'est à peu près partout pareil ( je pense au sport d'actualité notamment avec le tennis ou nos joueurs et joueuses se sont fait battre avec impuissance et ...sourire)

    le problème est que beaucoup n'ont pas trouvé la source miraculeuse pour remplir les bidons.

  • Nos équipes Française non pas le même carburant que les équipes étrangères et ça se voit dans les résultats

    certes, mais ils n'ont pas toujours les capacités physiques. Donnez moi un exemple de coureur Français approchant je ne dis même pas égalant les capacités d'un Bernard Hinault ???

    peuimporte507 faut pas oublier que Hinault prenais se qu' il fallait lisser des livres d anciens coéquipiers de lui