Deceuninck-Quick Step : Mas rejoint la Movistar

Deceuninck-Quick Step : Mas rejoint la Movistar©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le jeudi 08 août 2019 à 11h46

Pour pallier le départ de Mikel Landa chez Bahrain-Merida, l'équipe Movistar a enregistré jeudi le renfort du grimpeur espagnol de la formation Deceuninck-Quick Step Enric Mas (24 ans). L'actuel coéquipier de Julian Alaphilippe s'est engagé pour les trois prochaines saisons en faveur de la meilleure équipe du dernier Tour de France, où il a signé un contrat de trois ans. Mas en sera le nouveau leader.

Enric Mas, nouveau leader de la Movistar. Avec les départs de Mikel Landa à la Bahrain-Merida et de Richard Carapaz chez Ineos, ainsi que celui annoncé de Nairo Quintana du côté de la France et de l'équipe Arkéa-Samsic, la Movistar ne pouvait pas rester plus longtemps spectatrice de ce début de Mercato dont la formation espagnole s'avère être un acteur majeur bien malgré elle. Sa réaction ne s'est pas fait attendre, avec le recrutement de Mas (24 ans). Aujourd'hui coéquipier de Julian Alaphilippe sous les couleurs de la Deceuninck-Quick Step, le grimpeur espagnol présenté comme l'héritier de l'ancien champion Alberto Contador s'est engagé pour les trois prochaines saisons en faveur de l'équipe chère à Eusebio Unzué. Le deuxième de la dernière Vuelta (une victoire d'étape et le maillot de meilleur jeune sur les épaules à l'arrivée) sera chargé de faire oublier Landa. Sachant que Carapaz a fait ses valises lui aussi, et que le transfert de Quintana aux côtés de Warren Barguil devrait être rapidement officialisé, Mas héritera même du statut de nouveau leader de l'équipe, la prolongation du vétéran Alejandro Valverde ne changeant rien à la donne.

Avec Mas, la Movistar ouvre son « son nouveau chapitre » 

« Notre nouveau chapitre démarre ici », assure la Movistar, ravie de pouvoir miser sur le talent du Majorquin lors de ces prochaines années. Le mois dernier, pour sa première participation à l'épreuve, Mas avait terminé à la 22eme place du Tour de France, à près d'une heure du vainqueur Egan Bernal et à plus de 54 minutes d'Alaphilippe. Pourtant, à l'origine, il était question que l'Espagnol joue les premiers rôles et que le Français travaille pour lui. Les exploits du Montluçonnais ont fait que les choses ne se sont pas passées comme prévu. Mais nul doute que le nouveau coureur de la Movistar ne tardera pas à se faire un nom lui aussi sur les routes de la Grande Boucle. Le nouveau virage donné à sa carrière par l'ancien pensionnaire des équipes de jeune de la Fondation Contador va dans ce sens.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.