Deceuninck-Quick Step : Lefévère annonce le dépôt d'une plainte contre Groenewegen

Deceuninck-Quick Step : Lefévère annonce le dépôt d'une plainte contre Groenewegen©Media365

Mathieu WARNIER : publié le vendredi 13 novembre 2020 à 16h40

Alors que Dylan Groenewegen a été lourdement sanctionné par l'UCI, le sprinteur néerlandais pourrait être contraint de s'expliquer devant la justice. En effet, Patrick Lefévère a annoncé son intention de porter plainte après son accrochage avec Fabio Jakobsen.



Les soucis ne sont peut-être pas terminés pour Dylan Groenewegen. Alors que le coureur de l'équipe Jumbo-Visma a vu le volet sportif de l'affaire le concernant, qui découle de son accrochage avec Fabio Jakobsen lors de l'arrivée de la 1ere étape du Tour de Pologne, prendre fin avec une suspension de neuf mois récemment officialisée par l'Union Cycliste Internationale, c'est un potentiel volet judiciaire qui se prépare. En effet, dans une interview accordée au quotidien belge néerlandophone Het Laatste Nieuws, le directeur sportif de l'équipe Deceuninck-Quick Step Patrick Lefévère a annoncé qu'il allait porter plainte devant la justice polonaise contre le sprinteur néerlandais, avec le soutien de l'assureur Europ Assistance. Toutefois, cette action en Pologne pourrait ne pas être la seule.

Lefévère appelle à renforcer la sécurité autour des sprints

En effet, le quotidien belge avance la possibilité que Fabio Jakobsen lui-même, qui a été victime d'un traumatisme crânien, de fractures au niveau de la face et a été plongé dans le coma à la suite de cette violente chute, n'engage des poursuites devant la justice néerlandaise à l'encontre de Dylan Groenewegen. Avant que toute cette affaire ne passe devant les tribunaux, Patrick Lefévère s'est également lancé dans une croisade pour améliorer la sécurité lors des sprints massifs. Une des propositions du dirigeant belge serait la mise en place d'un panel de juges indépendants afin de sanctionner les mauvais comportements dans cette phase cruciale des courses cyclistes. Une commission à la tête de laquelle il souhaiterait voir « le sprinteur le plus sale de l'histoire ». Des juges qui pourraient avoir recours à un arbitrage vidéo afin de trancher les litiges. Enfin, une des propositions mises en avant est la modification des barrières mises en place dans la dernière ligne droite afin de limiter les risques que l'accident de Fabio Jakobsen se reproduise. Alors que l'UCI n'a de cesse d'affirmer sa volonté de travailler dans le sens d'une meilleure sécurité, ces propositions pourraient être entendues du côté d'Aigle, où l'instance mondiale a son siège.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.