Cyclo-cross : Van Aert "stratosphérique"

Cyclo-cross : Van Aert "stratosphérique"©Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le lundi 10 janvier 2022 à 12h14

S'il ne participera pas aux Mondiaux de cyclo-cross à la fin du mois, Wout van Aert n'en a pas moins remporté dimanche son cinquième titre de champion de Belgique, avec une nouvelle performance impressionnante.



Malheureux la semaine précédente lors de l'épreuve de Coupe du monde de cyclo-cross organisée à Hulst, Wout van Aert, qui avait été victime d'un incident mécanique aux Pays-Bas, a terminé en beauté sa saison dans la discipline dimanche en s'adjugeant à Middelkerke son cinquième titre de champion de Belgique, le deuxième consécutif après s'être également imposé en 2016, 2017 et 2018. Et comment l'a-t-il célébré ? "Avec un paquet de frites avec tout dessus et à côté", a confié, tout sourire, celui qui a devancé de plus d'une minute son dauphin, Laurens Sweeck, après un nouveau numéro qui lui permet de remporter son neuvième succès en dix courses de cyclo-cross cette saison.

"Ce Van Aert-là est supérieur à tout ce qu'on a connu"

"Avec neuf succès en dix courses, je ne vais pas me plaindre, mais c'est encore plus dommage cette mésaventure la semaine dernière, a-t-il poursuivi. Ça aura a été une saison de cyclo courte et intense. Je tiens à remercier mon équipe et mon entourage, je sais qu'ils ont aussi pris beaucoup de plaisir." Pour l'ancien directeur sportif belge Gérard Bulens, consultant pour la RTBF, le coureur de la Jumbo-Visma a été tout simplement "stratosphérique. Il m'impressionne, tant au niveau de sa puissance que de son pilotage. C'était remarquable aujourd'hui. (...) Ce van Aert-là est supérieur à tout ce qu'on a connu." Ce qui rend d'autant plus dommage son absence aux Mondiaux de cyclo-cross.


Car comme l'autre star de la discipline, le Néerlandais Mathieu Van der Poel, Van Aert ne participera pas aux championnats du monde, programmés à Fayetteville, dans l'Arkansas, à la fin du mois. "La saison aurait été plus longue de trois semaines. Mentalement, cela prend beaucoup d'énergie. Puis il y a le décalage horaire. Cela m'aurait retiré quatre semaines de préparation pour les classiques du printemps et c'est un gros objectif. J'espère que ce choix sera payant", avait confié quelques jours plus tôt celui qui se concentre désormais sur la route, et a rejoint lundi l'Espagne avec son équipe pour un stage de préparation.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.