Cofidis/Viviani : " Nous devons partager les responsabilités à 50-50 "

Cofidis/Viviani : " Nous devons partager les responsabilités à 50-50 "©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, publié le jeudi 12 novembre 2020 à 12h25

Auteur d'une saison sans la moindre victoire pour sa première année chez Cofidis, le sprinteur italien Elia Viviani espère que des choses vont changer en 2021 pour qu'il lève les bras à nouveau.


Avec Guillaume Martin, il était LA recrue de l'équipe Cofidis pour la saison 2020. Mais si le grimpeur français a brillé, avec une onzième place sur le Tour de France et un maillot de meilleur grimpeur de la Vuelta, Elia Viviani a déçu. Le sprinteur italien de 31 ans n'a pas réussi à remporter la moindre victoire sous le maillot de l'équipe française, ce qui ne lui était jamais arrivé depuis ses débuts professionnels en 2010 chez Liquigas. Dans une interview à La Gazzetta dello Sport, l'homme aux neuf victoires sur les Grands Tours reconnait qu'il est passé à côté de sa saison. « Même lors de ma première année professionnelle, j'avais gagné trois courses, donc c'est naturel d'être déçu. J'admets que je n'ai jamais été à mon meilleur niveau. Malgré tous les problèmes, j'aurais dû gagner au moins une course », admet celui qui est passé également par Sky et Quick Step.

Le train 100% italien trop peu aligné

Elia Viviani reconnait toutefois que les torts sont partagés pour expliquer son échec de 2020. Arrivé chez Cofidis avec son poisson-pilote Fabio Sabatini et son compère de l'équipe d'Italie sur piste Simone Consonni, ils n'ont finalement été alignés que sur six courses ensemble : le Tour Down Under (Viviani 4eme de la 1ere étape), la Race Torquay (10eme), la Cadel Evans Great Ocean Road Race (9eme), le Tour de l'Algarve (2eme de la 1ere étape), la Route d'Occitanie (2eme de la 1ere étape), et Milan - San Remo (39eme). Consonni était notamment absent sur le Tour de France et le Tour d'Italie, et Viviani n'a pu faire mieux que 4eme de l'étape arrivant sur l'île de Ré sur la Grande Boucle, et 5eme de l'étape de Villafranca Tirrena sur le Giro.

Viviani : "Mon objectif pour 2021 est simple : gagner, peu importe la course"

« C'est important d'analyser tout ce qui n'a pas fonctionné, en commençant par le fait que je pensais que ce serait facile de re-créer un train, et cela n'a pas été le cas. Je pense que nous devons partager les responsabilités à 50-50. Je suis prêt à accepter ma part. Les choses ont commencé à mal tourner après le Tour Down Under en janvier, avec des changements continuels. Le Tour d'Oman a été annulé donc je suis allé sur le Tour d'Algarve. Ensuite Tirreno-Adriatico a été annulé donc j'ai couru Paris-Nice, mais j'étais seul, sans mon groupe de sprint. En ne gagnant pas, cela signifie que j'ai vécu toute la saison sans la confiance dont j'avais besoin. Nous ne trouvions pas de raisons spécifiques pour expliquer pourquoi les choses n'allaient pas. Vous devez apprendre de vos erreurs pour ne pas les reproduire. Pour créer un bon groupe de sprint, il faut toujours courir ensemble. Sabatini aurait dû être une certitude, pas un point d'interrogation. Son rôle ne peut pas être mis en doute, car nous travaillons ensemble. Je suis sûr que Consonni sera meilleur aussi. Je ne veux pas une autre saison comme celle-là. Une confiance d'équipe se développe à travers les résultats. Nous sommes tous sur la même longueur d'onde donc nous devons seulement prendre les bonnes décisions. Mon objectif pour 2021 est simple : gagner, peu importe la course. » Pour cela, il faudra attendre février, les courses australiennes de janvier ayant été annulées.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.