Cofidis : Vasseur critique Bouhanni

Cofidis : Vasseur critique Bouhanni©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, publié le vendredi 20 septembre 2019 à 10h16

Dans une interview accordée à Eurosport, le patron de l'équipe Cofidis Cédric Vasseur s'est dit déçu de son sprinteur Nacer Bouhanni, qui n'a pas encore remporté la moindre course cette année.

Entre Cédric Vasseur et Nacer Bouhanni, cela n'a jamais été l'amour fou et l'histoire se terminera à la fin de cette saison, avec le départ du sprinteur de Cofidis pour Arkea-Samsic, même si le transfert n'a pas encore été annoncé officiellement. Dans une interview accordée à Eurosport, le patron de l'équipe nordiste a fait le bilan de la saison 2019, et a assuré que la seule déception pour Cofidis venait de Nacer Bouhanni, qui n'a toujours pas remporté la moindre course. En 40 jours de compétition, le Vosgien de 29 ans a en effet eu pour meilleur résultat une deuxième place lors de la 2eme étape du Tour de Valence et sur le Grand Prix Marcel Kint. Il a également abandonné quatre fois et terminé hors-délais une fois, alors que depuis son arrivée au sein de l'équipe, Bouhanni avait gagné onze courses en 2015, dix en 2016, sept en 2017 et six en 2018. D'où la déception de son directeur général.

Vasseur : « J'aime bien le comportement des coureurs qui restent professionnels jusqu'à la fin »

« La seule petite déception, ça reste Nacer, il faut le dire, confie Cédric Vasseur. Nacer n'a pas réussi à remporter de course pour le moment. On ne peut pas être leader d'une course et voir la saison se terminer sans lever les bras. D'autant plus quand on appartient à une équipe comme Cofidis, ce qui permet de participer à des courses World Tour, et ce n'est pas facile d'aller gagner en World Tour, mais qui a aussi la chance de temps en temps de prendre part aux Boucles de la Mayenne, au Circuit de la Sarthe, à des courses plus accessibles. J'aime bien le comportement des coureurs qui restent professionnels jusqu'à la fin. Quand un chapitre se termine dans une équipe, on a envie de laisser une bonne image, parce que je regarde aussi ce qu'il se passe ailleurs, et quand un coureur ne se comporte pas forcément comme il faut avec son équipe, ça ne me donne pas envie de le recruter. » A priori, les dirigeants d'Arkea-Samsic ne sont pas du même avis...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.