CCC : Face au retrait du sponsor, les coureurs acceptent de baisser leurs salaires

CCC : Face au retrait du sponsor, les coureurs acceptent de baisser leurs salaires©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le mardi 12 mai 2020 à 14h35

Face au retrait de leur principal partenaire, les coureurs de la formation CCC ont consenti une baisse de salaire afin de permettre à l'équipe de survivre jusqu'à la fin de la saison.

La menace était grande, elle se confirme. A la fin du mois d'avril dernier, les difficultés de la société polonaise CCC, spécialisée dans les chaussures et la maroquinerie, ont été rendues publiques. Face à la crise, l'avenir des partenariats sportifs de CCC dans le cyclisme mais aussi dans le basketball étaient très incertains. Selon le quotidien italien La Gazzetta dello Sport et le journal belge néerlandophone Het Nieuwsblad, des informations confirmées par le site Cyclingnews, les dirigeants de la société polonaise ont acté la fin de leur engagement auprès de l'équipe dirigée par Jim Ochowitz à l'issue de la saison 2020, soit un an avant la fin de l'actuel contrat. Afin de tenir le coup jusqu'en novembre prochain, les dirigeants de l'équipe CCC avaient déjà mis en place des mesures drastiques avec la mise au chômage partiel d'une majeure partie du personnel.

Les coureurs ont pris leurs responsabilités

Mais ce plan d'économies ne semblait pas suffisant pour permettre la viabilité de l'équipe pendant les six prochains mois face au soutien financier réduit de la part de CCC. A cette fin, Jim Ochowitz a négocié avec les coureurs et leurs agents. Des discussions qui ont porté leurs fruits puisque l'ensemble de l'effectif, dont Greg van Avermaet, Matteo Trentin ou encore Ilnur Zakarin, ont accepté de baisser de 50% leurs rémunérations jusqu'au terme de la saison avec l'espoir de la voir survivre. Car, comme à l'issue de la saison 2018 quand la firme BMC a annoncé la fin de son partenariat afin de rallier l'équipe Dimension Data, désormais connue sous le nom NTT, les dirigeants de l'équipe vont devoir se mettre à la recherche d'un nouveau partenaire principal. Or, dans le contexte économique actuel, une telle recherche pourrait être très difficile, ce qui confirmerait les craintes récemment émises par le président de l'UCI David Lappartient.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.