C'est la Journée Mondiale du Vélo

C'est la Journée Mondiale du Vélo©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki : publié le mercredi 03 juin 2020 à 18h50

Certaines Journées Mondiales sont plus connues que d'autres. Celle du vélo ne connaît mercredi que sa troisième édition, mais pas n'importe laquelle, puisque le contexte très particulier amène de plus en plus de monde en bicycle.



Le 3 juin, c'est la Journée Mondiale... du Vélo. Et c'est déjà la troisième édition, l'ONU ayant décidé de cette initiative en avril 2018. C'est le représentant du Turkménistan, Aksoltan Ataeva, qui avait poussé en ce sens en écrivant le texte concerné. Selon l'ONU, « le vélo est simple, accessible, fiable, propre, durable et respectueux de l'environnement, dont il favorise la bonne gestion. Il entretient la santé, encourage la créativité et la participation sociale, il donne à l'utilisateur une conscience immédiate de son environnement et un moyen d'accès à l'éducation, à la médecine et au sport. »

Hidalgo : « 50 kilomètres d'aménagement, notamment au-dessus des métros les plus fréquentés »

De 2016 à 2018, les fédérations internationale et européenne de défense de la bicyclette avaient aussi lancé une vaste campagne afin de réclamer cette Journée Mondiale du Vélo. Son but ? Améliorer la sécurité routière et les infrastructures pour la petite reine, la promouvoir dans son utilité autant pratique que sportive ou pour la promenade. Il y a un certain écho en France, encore très en retard - surtout dans ses grandes villes - par rapport au volume et aux pistes cyclables du Canada (Montréal), des Pays-Bas (Amsterdam) ou des pays du nord de l'Europe. Anne Hidalgo, la maire de Paris, précise que « 50 kilomètres supplémentaires d'aménagements cyclables seront créés cet été afin d'accompagner le déconfinement, notamment au-dessus des lignes de métro les plus fréquentées ».


Du côté du gouvernement, on rappelle que 60 millions d'euros ont été alloués la semaine dernière - contre 20 millions d'euros initialement - pour un plan en plusieurs points qui doit accompagner le déconfinement vers moins de transports en commun (pour la promiscuité) et de voiture (pour la pollution) : une aide de 50 euros pour réparer son bicycle, ce qui a déjà permis à 100 000 vélos d'être remis en état avec un objectif à un million, une académie ayant été lancée en parallèle pour former des mécaniciens ; jusqu'à 400 euros remboursés par l'employeur en cas d'utilisation du vélo comme moyen de transport ; 1 000 kilomètres de pistes cyclables temporaires ; une formation gratuite de deux heures pour apprendre à rouler en sécurité, ainsi que le lancement d'une fête nationale en mai.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.