Brochard : " Je l'avais dit à Alaphilippe ! "

Brochard : " Je l'avais dit à Alaphilippe ! "©Media365

Aurélien CANOT, publié le lundi 28 septembre 2020 à 11h46

Dernier champion du monde français avant que Julian Alaphilippe ne lui succède dimanche après-midi à Imola (Italie), Laurent Brochard reconnaît qu'il savait que les choses se passeraient de la sorte. Le Sarthois avoue qu'il en avait même fait part au héros du week-end.

Revêtir le maillot arc-en-ciel de champion du monde, Julian Alaphilippe en avait rêvé, il l'a fait, dimanche à l'âge de 28 ans (il les a eus le 11 juin dernier). Aussi beau son exploit soit-il, le coureur de Montluçon n'a réellement surpris personne lorsqu'il a démarré à 17 kilomètres de l'arrivée, sans jamais être rejoint en dépit des efforts derrière dans le groupe des poursuivants du couteau-suisse belge Wout Van Aert. Laurent Brochard fait partie de ces spécialistes qui savaient qu'Alaphilippe aurait droit lui aussi un jour à son jour de gloire et à sa Marseillaise sur des Mondiaux. L'ancien coureur et dernier champion du monde français (en 1997) avant que le natif de Saint-Amand-Montrond ne lui succède dimanche 23 ans plus tard avoue même qu'il l'avait prédit. D'ailleurs, l'ancien cycliste professionnel qui se distinguait au sein du peloton par ses longs cheveux attachés en catogan l'avait dit à l'intéressé, révèle-t-il ce lundi pour nos confrères de cyclismactu.net au lendemain du sacre de son compatriote. « Je lui avais dit que je pensais, par rapport à ses qualités, qu'il serait mon successeur », assure Brochard, ravi qu'Alaphilippe l'ait rejoint sur la short-list des Tricolores ayant un jour eu l'honneur de porter le maillot irisé.

Brochard : « Ce maillot, il faut l'honorer à tout moment »

« Ça fait plaisir pour tous les supporters français. On attend depuis longtemps que des jeunes se montrent et aillent de l'avant (...) C'est important qu'il y ait un peu de renouveau. » En ce qui concerne la suite, le Sarthois passé notamment par les équipes Castorama et Festina tient à prévenir son successeur qu'il y aura un avant et un après Imola. « Un titre de champion du monde, ça change beaucoup de choses, et notamment sur le plan médiatique. On est reconnu tout au long de sa vie de cycliste, et même après. C'est un titre qui reste à vie. » Et va désormais obliger Alaphilippe à lui faire honneur à chacune de ses sorties. Pour l'avoir vécu, Brochard sait en effet qu'un champion du monde est toujours très attendu au tournant. « C'est une grande fierté et aussi une grande responsabilité de porter ce maillot. Il faut l'honorer à tout moment, on ne peut pas faire de la figuration. » Quelque chose nous dit qu'avec un puncheur de son talent, les supporters d' « Alafpolak » n'ont aucun souci à se faire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.