BMX : L'heure de la revanche des Bleus ?

BMX : L'heure de la revanche des Bleus ?©Media365
A lire aussi

Faraj Benlahoucine, Media365 : publié le vendredi 29 juillet 2022 à 16h34

Aux Championnats du monde de BMX ce week-end à Nantes, les Français espèrent prendre leur revanche suite aux déceptions des années précédentes.



Traditionnellement, le drapeau bleu-blanc-rouge flotte haut dans les compétitions de BMX. Cependant, ces dernières années les Français se sont fait voler la vedette lors des grandes compétitions. En 2021 notamment. Aux Jeux Olympiques d'été de Tokyo, reportés d'une année en raison de la pandémie de Covid-19, ont vu l'avènement de Niek Kiemman. Le Néerlandais s'était adjugé un doublé historique quelques semaines plus tard à domicile, conquérant la couronne mondiale devant le Tricolore Sylvain André, vice-champion du monde donc et non médaillé au Japon en dépit de son statut de favori. L'air de chez soi l'aidera-t-il à prendre sa revanche ?

Les Championnats du monde ont lieu au Parc des expositions de la Beaujoire à Nantes ce week-end. Devant son public, le champion du monde 2018 rêve de s'octroyer un second sacre mondial. Titré aux Championnats de France deux semaines auparavant, il représentera les plus grandes chances de succès de la délégation tricolore. A fortiori parce qu'il s'aventurera en terrain connu. Il s'est imposé sur ce même circuit nantais le 15 juillet devant Jérémy Rencurel et Eddy Clerte. Quant aux héros malheureux de Tokyo l'année passée, Romain Mahieu et Joris Daudet, ils ont respectivement échoué aux 7eme et 8eme place de la finale nationale.

André et Daudet en chefs de file

Cela n'empêchera pas toutefois ce dernier de s'avancer avec de grandes ambitions. Champion du monde en 2011 et en 2016, il s'est hissé sur cinq podiums aux Mondiaux et représente constamment une menace pour ses rivaux du haut de ses 32 ans d'expérience. Le coureur français le plus titré espère chasser définitivement la malchance le guettant depuis plusieurs années. Victime de chutes lors de grandes échéances au cours desquelles il concourrait sous le costume de grand favori - aux Jeux de Londres 2012 et Rio 2016 - il sera cette année délesté de ce poids. De bon augure ? L'année du dernier sacre tricolore, il avait glané la médaille d'argent derrière Sylvain André, pour un joli doublé dont les spectateurs nantais se délecteraient bien volontiers ce dimanche au terme de la finale.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.