Bernard Hinault critique Froome et le vélo d'aujourd'hui

Bernard Hinault critique Froome et le vélo d'aujourd'hui©Wochit
A lire aussi

6 Médias, publié le vendredi 27 juillet 2018 à 21h13

Dans un entretien accordé au Parisien, Bernard Hinault revient sur le décalage entre le vélo d'hier et d'aujourd'hui, mais aussi sur son envie de transmettre son expérience aux plus jeunes cyclistes.

Cinq fois vainqueurs du Tour de France entre 1978 et 1985, Bernard Hinault sait aussi se faire entendre quand il n'est pas sur un vélo. Dans une interview accordée au Parisien, il annonce la couleur : "ma gueule, je ne la fermerai jamais". "Quand j'ai un truc à dire, je le dis. Froome a parlé récemment de mon âge après toutes mes déclarations sur lui. Je suis peut-être un vieux con mais je vois des choses. Quand tu aperçois des parents, au départ d'une course, donner de la Ventoline à des enfants qui ne sont pas asthmatiques, cela me rend fou. Il y a des gens qui font du mal autour du vélo", poursuit-il.



Bernard Hinault évoque également son envie de transmettre son expérience aux plus jeunes. "Je pourrais donner des leçons à beaucoup. Je ne parlerais pas de watts ou de puissance, mais je répéterais une base : 'apprends à ton corps'. [...] Je vois des mecs qui calculent en watts, mais qui font des prises au vent énormes. Oh les gars, réfléchissez !", confie-t-il au quotidien.

"Le Blaireau" se montre aussi critique face aux évolutions du monde du cyclisme, qu'il compare au football. "Il y a des coureurs qui y restent et sortent au dernier moment sans parler au public. Il n'y a plus d'échange. Mais c'est leur vie, pas la mienne. Avant, il y avait aussi une tournée de critériums où on croisait les gens. Cela n'existe plus. Maintenant, à la fin des courses, c'est comme au foot : couloirs, bus et vitres teintées. On reste dans sa bulle", explique l'ancien champion, aujourd'hui âgé de 63 ans. Il remettra le maillot jaune au vainqueur du Tour de France, dimanche 29 juillet, sur les Champs-Élysées.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.