Bahrain-Merida : Entre le Tour de France et le Tour d'Italie, Nibali n'a pas encore décidé

Bahrain-Merida : Entre le Tour de France et le Tour d'Italie, Nibali n'a pas encore décidé©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le lundi 05 novembre 2018 à 18h20

Suite à la présentation des parcours du Tour de France et du Tour d'Italie, Vincenzo Nibali n'est pas encore certain de prendre part à l'une ou l'autre des épreuves, et pourrait être présent sur les deux.

Entre Bruxelles et Bologne, son cœur balance. Maintenant que les parcours des deux premiers Grands Tours de la saison 2019 ont été dévoilés, Vincenzo Nibali est dans l'incertitude quant à la manière d'articuler sa saison, même s'il assure ne pas encore avoir étudié ces deux parcours en raison de vacances passées en famille à Zanzibar. « Je n'ai passé qu'une dizaine d'heures en Europe avant de rallier le Japon donc je n'ai pas vu les détails des parcours. J'ai vu quelques cartes mais ça se résume à ça, a confié à Cyclingnews celui qui est surnommé le Requin de Messine. On m'a proposé d'assister à la présentation du Giro aux côtés de Chris Froome mais j'ai réservé mes vacances en mai dernier et, donc, mon programme était établi depuis longtemps. Je sais que le Giro partira de Bologne puis visitera la Toscane, où j'ai couru quand j'étais junior et en moins de 23 ans. Il a également un contre-la-montre montagneux à Saint-Marin et quelques étapes de montagne difficiles et des descentes qui mettront tout le monde à l'épreuve. J'ai entendu que le kilométrage des contre-la-montre sur le Tour de France était limité mais c'est tout ce que je sais. »


Nibali : « Difficile de dire lequel des deux sera mon principal objectif »


Face à ce manque de connaissance des détails des deux parcours et en raison d'une concertation avec son équipe pas encore lancée, Vincenzo Nibali n'a pas caché être dans l'expectative quant à la définition de ses objectifs pour 2019, tout du moins en ce qui concerne les trois Grands Tour. Mais, à entendre l'Italien, la Vuelta 2019, qui s'élancera le 24 août depuis Torrevieja pour rallier Madrid, devrait se faire sans lui sauf surprise de dernière minute. « Je n'ai pas encore abordé le sujet avec les dirigeants de l'équipe Bahrain-Merida donc c'est difficile de dire lequel des deux Grands Tours sera mon principal objectif, confie Vincenzo Nibali dans ce même entretien. En 2019, je pourrais me focaliser sur le Giro ou le Tour... ou peut-être même les deux. J'ai souvent essayé d'alterner mes objectifs sur les Grands Tours mais, la saison dernière, j'étais en forme au moment du Tour de France et ma course a été interrompue de manière soudaine. Le Tour d'Italie a toujours été spécial pour moi car je suis Italien mais rien n'a encore été décidé. » La frustration de son abandon suite à une chute provoquée par un spectateur dans le final de la montée vers l'Alpe d'Huez est toujours présente chez l'Italien.


Nibali souffle le chaud et le froid quant à son avenir


Arrivé au sein de la formation Bahrain-Merida à sa fondation sur les cendres de l'équipe Lampre en 2016, Vincenzo Nibali arrive au terme de son contrat initial à l'issue de la saison 2019. Un coureur de son calibre, capable de remporter un Grand Tour, attire les convoitises et des équipes telles Trek-Segafredo ou UAE Team Emirates auraient déjà fait un pas vers le Requin de Messine. Mais ce dernier ne veut pas se précipiter et se dit ouvert à tout. « Mon agent est conscient de toutes les offres et les déclarations d'intérêt que nous avons reçu. Pour le moment, rien n'a encore changé. Je reste un coureur de la formation Bahrain-Merida donc, en premier lieu, je me dois d'être professionnel jusqu'au terme de mon contrat, assure l'Italien. Il y a de nombreux signes positifs quant à une prolongation de mon contrat avec eux mais je reste ouvert à toutes les options possibles. Bahrain-Merida a montré son intérêt pour l'avenir mais je considère comme normal qu'un coureur prenne en compte toutes les possibilités dès lors que son contrat arrive à échéance et qu'il y a de bonnes opportunités qui devraient être prises en compte. Les contrats seront confirmés vers le milieu de la saison prochaine donc, à l'heure actuelle, tout n'est question que de compréhension et d'évaluation de ce que pourrait être mon avenir. » Passé par la Fassa Bortolo à ses débuts puis la Liquigas et Astana avant de se lancer dans l'aventure Bahrain-Merida, Vincenzo Nibali songe-t-il à un dernier défi, lui qui aura prochainement 34 ans ? La réponse devrait se faire attendre encore un peu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.