B&B Hôtels - Vital Concept : Le terrible calvaire de Vichot

B&B Hôtels - Vital Concept : Le terrible calvaire de Vichot©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le vendredi 05 juin 2020 à 11h22

Arthur Vichot (31 ans) révèle dans Le Parisien qu'il souffre depuis près deux ans d'un virus inconnu qui l'affaiblit énormément et pourrait même le contraindre à devoir tout arrêter.

« Un problème viral ». Présentée de la sorte, la raison de l'absence d'Arthur Vichot (31 ans) de la pré-liste de l'équipe B&B Hôtels - Vital Concept pour le Tour de France 2020 n'avait rien de particulièrement inquiétante. Malheureusement pour le Franc-Comtois, s'il se voit contraint de faire l'impasse sur la Grande Boucle pour la deuxième fois de suite (il n'avait manqué qu'une seule des huit éditions précédentes), c'est pour une cause beaucoup plus grave.Depuis près de deux ans, l'ancien double champion de France (2013 et 2016) souffre en effet d'un virus dont il ne connait pas l'origine ni comment en venir à bout et, surtout, qui lui pompe toute son énergie au moindre effort. En résumé, Vichot n'est plus que l'ombre du coureur qui avait encore terminé 41eme du Tour en 2018, pour ne pas dire qu'il est méconnaissable, au point de ne même pas pouvoir certifier aujourd'hui qu'il ne sera pas obligé de très vite arrêter sa carrière si le mal dont il souffre perdure sans apercevoir le moindre traitement à l'horizon. Le malheureux revient ce vendredi dans Le Parisien sur ce calvaire qu'il endure depuis septembre 2018, à la sortie du Grand Prix du Québec. « Ensuite j'ai commencé à être très fatigué. Et cela ne s'est jamais arrêté (...) Je ne sais pas ce que c'est et cela devient compliqué à vivre ». Transféré cette même année de la Groupama-FDJ, le Doubiste n'a jamais pu s'exprimer encore (seulement quatorze jours de course au total) depuis son arrivée sous les couleurs du Team cher à Jérôme Pineau. Ce dernier aurait rêvé de le compter parmi ses coureurs pour le Tour, mais dans ces conditions, c'était bien évidemment impossible. Il est le premier à le regretter, tandis que Vichot, de son côté, avoue que « ça aurait été une honte d'être pris ».

Pinot : « Ca me fait mal de le voir comme ça »



« De quoi aurais-je l'air en n'étant pas capable de faire les mêmes efforts que mes coéquipiers ? », continue le malheureux, qui se contente de prendre son mal en patience en attendant d'être peut-être enfin débarrassé un jour de ce virus qui le handicape et de retrouver son meilleur niveau. Pour l'instant, il en est très loin. « Un jour je peux faire cinq heures de vélo mais le lendemain, je suis un mort-vivant sur mon canapé. Je n'ai même pas la force de passer l'aspirateur. Ce n'est pas normal pour un sportif de haut niveau de 31 ans ! Ce qui est terrible, c'est de ne pas savoir de quoi je souffre. Moralement, je suis au plus bas. On ne sait pas ce que c'est. Il y a tellement de virus qui existent que, tant qu'on ne l'aura pas identifié, je ne pourrais pas prendre le bon traitement. » Pineau (« Son combat pour l'instant, c'est de refaire du vélo ») comme son ami et homonyme de son manager général Thibaut Pinot (« Moi qui le connais bien, je peux vous dire qu'il n'est vraiment pas bien. Un jour, il est pas mal. Le lendemain il est KO. Cela me fait mal de le voir comme ça ») aimeraient pouvoir aider Vichot et lui apporter la solution. En vain pour le moment, d'autant que l'ancien protégé de Marc Madiot à la FDJ a été contraint de renoncer aux examens qu'il devait passer en mars dernier à Bruxelles en raison du confinement. Un rendez-vous manqué qui envoie chaque jour un peu plus le natif de Colombier-Fontaine vers la sortie prématurée. Vichot refuse d'y songer pour le moment, mais il sait qu'il n'aura pas d'autre choix que de ranger définitivement son vélo dans son garage s'il ne guérit pas rapidement. « J'essaie de ne pas trop y penser pour l'instant. Les coureurs ont souvent des contrats courts et on vit souvent avec cette attente. Mais pour l'instant, j'ai un combat plus urgent à mener : me reconstruire. » Un combat perdu d'avance actuellement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.