Audrey Cordon-Ragot raconte son AVC

Audrey Cordon-Ragot raconte son AVC©Panoramic, Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le mardi 25 octobre 2022 à 10h04

Victime d'un AVC le jour où elle devait partir en Australie pour les championnats du monde de cyclisme, Audrey Cordon-Ragot raconte dans L'Equipe ce mardi le cauchemar qu'elle a vécu, mais dont elle espère être sortie grâce à l'opération qu'elle a subie la semaine passée.


« Ma non-présence sur les prochains championnats du monde est due à un accident vasculaire cérébral dont j'ai été victime ». Le 17 septembre dernier, la championne de France de cyclisme Audrey Cordon-Ragot jetait un énorme froid dans le monde du sport en révélant cet AVC dont elle avait été victime, à quelques jours de fêter ses 33 ans. Ce mardi dans L'Equipe, la cycliste est revenue en détails sur cette journée qui a failli faire basculer sa vie. « Je devais partir en Australie ce jour-là, pour participer aux championnats du monde. Mais quand je me suis levée, je me suis sentie saoule, ivre, un peu comme si j'avais une énorme gueule de bois, raconte-t-elle. J'ai cru d'abord à un malaise vagal. Je me suis recouchée, j'ai essayé de boire un jus d'orange en pensant que ça aiderait mais je me suis mise à vomir. Puis j'ai eu des acouphènes, des fourmis dans les membres. Là, j'ai commencé à vraiment avoir peur. Quand on est sportive, on connait bien son corps, et je sentais que quelque chose clochait. J'ai demandé à mon mari d'appeler les urgences, où j'ai passé la journée. A l'hôpital, on ne m'a jamais parlé d'AVC, car les symptômes que j'avais étaient vraiment atypiques et ne correspondaient pas aux symptômes habituels. »

Un petit trou dans le coeur

Si tout va bien pour elle aujourd'hui, elle le doit sans doute aux médecins de la Fédération française de cyclisme. « Le lendemain, la FFC a insisté pour que je passe une IRM, poursuit Cordon-Ragot. Les médecins ne voulaient pas que je prenne l'avion sans savoir vraiment ce que j'avais. En tant que sportive pro, j'ai eu la chance d'avoir un rendez-vous très rapidement, deux jours plus tard à peine. C'est là qu'on a découvert que j'avais fait un AVC. Ça a été un énorme choc. Je n'avais pas eu la moindre alerte. Si la FFC n'avait pas insisté, j'aurais pris l'avion le dimanche suivant et là, ça aurait vraiment pu être dramatique. Sans anticoagulant, j'aurais sans doute refait un AVC, mais un gros cette fois-ci. » Une fois le diagnostic établi, Audrey Cordon-Ragot a passé divers examens pour connaitre l'origine du problème. L'origine a été trouvée et elle a été opérée la semaine passée. « Grâce à une caméra dans l'œsophage qui permet d'aller voir au plus près du cœur, ils ont vu que j'avais un petit trou dans le cœur, explique-t-elle. Un caillot s'est sans doute formé, est passé par ce trou et est monté là-haut. Je me suis fait opérer jeudi pour régler ce problème. La science est incroyable. Il n'y a plus qu'à récupérer de l'opération et repartir à l'entraînement. J'ai hâte. » Si tout va bien, Audrey Cordon-Ragot reprendra l'entraînement au mois de novembre et elle pense déjà son programme de la saison 2023, qui la verra quitter l'équipe Trek-Segafredo pour (probablement) Bamp;B Hotels.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.