Arkéa-Samsic / Barguil : " Quelle joie de retrouver le grand air "

Arkéa-Samsic / Barguil : " Quelle joie de retrouver le grand air "©Media365
A lire aussi

Marie Mahé, publié le lundi 11 mai 2020 à 20h40

Depuis ce lundi, les cyclistes peuvent de nouveau sortir s'entraîner, en France. Pour le plus grand bonheur de Warren Barguil.

Comme beaucoup, il attendait ce déconfinement avec impatience. Ce lundi, les cyclistes domiciliés en France étaient de nouveau autorisés à enfourcher leur vélo pour s'entraîner hors de chez eux, après près de deux mois de confinement dû à la pandémie de coronavirus. C'est ainsi ce qu'a donc fait le Breton Warren Barguil. Sur le site internet officiel de son équipe Arkéa-Samsic, le champion de France de cyclisme sur route en titre n'a pas pu cacher sa joie à l'idée d'avoir pu remettre le nez dehors : « Ce n'était que du bonheur ! Quelle joie de retrouver le grand air, les grands espaces et de pouvoir rouler avec mon beau vélo Canyon, qui est fait vraiment pour ça, sur mes belles routes que je connais si bien et qui m'avaient manqué... et de pouvoir rouler en extérieur, avec ce magnifique maillot de champion de France. »

« Je suis allé jusqu'à la mer »



Le Tricolore a également ajouté : « J'ai eu pas mal de copains qui hésitaient à sortir ce (lundi) matin car la météo annonçait pas mal de pluie sur les divers sites météos que j'avais consultés, mais finalement il n'est pas tombé une seule goutte d'eau. Il y avait du vent, en revanche. J'ai cru que le ventilateur que je mettais pour me rafraîchir pendant mes séances de home-trainer sur Zwift était resté branché (rires) ! Je suis allé jusqu'à la mer sur un parcours que j'effectue souvent, et comme d'habitude, mais sans doute encore un peu plus aujourd'hui, j'ai apprécié la beauté des paysages que notre sport nous permet de regarder, d'admirer, je dirais même ! La mer, c'est toujours aussi génial. Après, je suis certain que la mesure de confinement prise par rapport à la pandémie a été celle qu'il fallait adopter, que c'était la bonne situation face à ce que notre pays rencontrait. Et qu'il fallait faire ceci. Cela nous a protégés, j'en suis convaincu. Maintenant, je sais aussi que reprendre notre activité sur la route à l'entraînement, ce n'est que du bonheur pour nous cyclistes, car la route est notre lieu de travail, notre bureau en somme. Ma prochaine étape ce sera aller en forêt ce week-end, et là je pense que je pourrai aussi mesurer les effets du confinement sur notre environnement, et notamment les bienfaits engendrés auprès de Dame Nature. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.