Alpecin-Fenix : Un choix à faire pour Mathieu van der Poel

Alpecin-Fenix : Un choix à faire pour Mathieu van der Poel©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, publié le dimanche 02 février 2020 à 22h06

Alors qu'il vient de remporter son troisième titre de champion du monde de cyclo-cross et qu'il assure préférer le VTT, Mathieu van der Poel confirme que sa polyvalence est un souci pour sa carrière sur route.

Mathieu van der Poel est un talent encore en développement. Mais, alors qu'il a remporté ce dimanche à Dübendorf son troisième titre de champion du monde de cyclo-cross avec une facilité déconcertante, le Néerlandais sait qu'il est face à un choix crucial quant à son avenir professionnel. S'il est brillant dans cette discipline comme son père Adrie van der Poel, il va se concentrer sur le VTT pour les prochains Jeux Olympiques tout en développant ses capacités sur la route, domaine de prédilection de son grand-père Raymond Poulidor. Le coureur de 25 ans ne le cache pas, il ne veut pas sacrifier une certaine polyvalence mais, en fonction de ses objectifs, il lui faudra sacrifier une ou plusieurs disciplines. « Il est possible de combiner VTT et course sur route vue la manière dont je pratique cette dernière. Mais, si vous voulez participer aux Grands Tours, ceci n'est plus possible, a déclaré le Néerlandais dans des propos recueillis par Cyclingnews. Je pense qu'il est possible de combiner une participation aux classiques et du VTT mais c'est exclu avec une saison complète sur route. »

Van de Poel n'a pas encore fixé ses objectifs

Avec les championnats du monde de cyclo-cross derrière lui, le coureur de la formation Alpecin-Fenix va désormais pouvoir se tourner vers son début de saison sur route. Le Néerlandais aura un programme aménagé avec, notamment les Strade Bianche, le Tour de Catalogne et A Travers les Flandres. « Je ne me suis pas vraiment donné un objectif, assure Mathieu van der Poel. Il est évident que, si je le pouvais, je viserais toutes ces courses mais je ne vais participer qu'à six ou sept courses d'un jour. Je veux être en forme pour toutes les autres. » Mais s'il y a bien deux courses où le triple champion du monde de cyclo-cross compte bien briller, ce sont le Tour de France et Paris-Roubaix pour lesquelles son équipe a récemment reçu une invitation. « Oui », répond-il spontanément à la question de savoir si ces deux monuments sont des objectifs pour lui.

Les Grands Tours, pas forcément pour viser le général

Mais, s'il va ensuite se consacrer au VTT en vue des Jeux Olympiques de Tokyo, les Grands Tours seront prochainement un objectif mais, à l'entendre, ça sera plus pour le plaisir que pour en faire le cœur de sa carrière comme beaucoup d'autres coureurs. « Faire un Grand Tour, au moins un dans ma carrière est sur ma liste mais le VTT est le sport que j'aime tellement qu'y renoncer serait difficile, assure Mathieu van der Poel. Evidemment, je vais devoir prendre une décision prochainement. » Si, un jour, le coureur néerlandais a la possibilité de s'aligner au départ d'une des trois principales courses par étapes du calendrier international, il ne faudra sans doute pas parier sur lui pour une victoire finale. « Mon grand-père était plus un coureur de Grands Tours que moi. Je suis certain que je ne grimpe pas assez vite pour suivre ceux qui se battent pour le classement général, admet avec sincérité le Néerlandais. Si je me lance sur un Grand Tour, ça serait plus pour essayer de gagner des étapes plus que pour viser le général. » Des ambitions mesurées qui devront être confrontées à la réalité de la course.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.