Alaphilippe a " besoin d'un parcours difficile "

Alaphilippe a " besoin d'un parcours difficile "©Media365

Aurélie SACCHELLI, publié le samedi 29 septembre 2018 à 11h57

A la veille de la course en ligne des championnats du monde dont il est l'un des favoris, Julian Alaphilippe a confié à Cyclingnews que l'extrême difficulté du parcours d'Innsbruck (Autriche) était un atout pour l'équipe de France.

Ce dimanche à Innsbruck en Autriche se déroulera la course en ligne des championnats du monde considérés comme les plus difficiles de l'histoire. Avec Julian Alaphilippe, Romain Bardet, Thibaut Pinot, Warren Barguil ou encore Tony Gallopin, l'équipe de France aura très fière équipe, et la délégation tricolore n'a jamais semblé aussi proche de remporter un maillot arc-en-ciel, qu'elle attend depuis 1997 et le sacre de Laurent Brochard à San Sebastian. A la veille de cette course en ligne, Julian Alaphilippe, qui sera « le fil conducteur » de cette équipe, selon les dires du sélectionneur Cyrille Guimard (qui ne souhaite sans doute pas utiliser le mot « leader » pour ne pas brouiller les autres coureurs français), s'est confié à Cyclingnews.

Alaphilippe : "L'année dernière, ce n'était pas assez difficile pour moi"


« Je suis très relax et très excité. J'ai hâte d'être au départ. Il n'y a pas 50 coureurs qui peuvent gagner sur ce parcours. Cela va être une course très difficile. Nous avons de forts coureurs dans l'équipe de France. Je ne veux pas rentrer à la maison avec des regrets, je suis très motivé donc je donnerai mon meilleur. Je ne connais pas très bien le parcours. Je l'ai seulement fait deux fois, vendredi, et c'était très très dur. La dernière montée est dure, mais le parcours avant sera aussi très dur. Cela va être une dure journée. J'ai besoin d'un parcours difficile. L'année dernière, ce n'était pas assez difficile pour moi (Alaphilippe avait terminé 10eme après avoir cru à la victoire pendant les derniers kilomètres, ndlr). Peut-être que ce sera trop dur pour moi dimanche, mais c'est bon pour l'équipe de France d'avoir un parcours difficile. » Favorite sur le papier, la France doit maintenant confirmer sur le vélo.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.