Suspendu pour avoir expliqué comment frapper sa femme

Suspendu pour avoir expliqué comment frapper sa femme©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le mardi 31 mars 2020 à 12h18

Billy Joe Saunders, le boxeur anglais champion du monde WBO des super-moyens, a vu sa licence suspendue par sa fédération en raison de sa vidéo polémique où il expliquait comment "mettre KO" sa femme pendant le confinement.



Ses excuses n'ont pas suffi. Billy Joe Saunders, le champion du monde WBO des super-moyens qui avait assuré regretter ses propos tenus dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, où il expliquait comment frapper sa femme durant cette période de confinement due à la pandémie de coronavirus, a vu sa licence suspendue par la fédération anglaise de boxe. "Si votre bonne femme vient vers vous pour vous cracher son venin à la gueule", expliquait-il en utilisant un sac de frappe, pour montrer comment "la frapper au menton" et "la mettre KO". Une sortie scandaleuse qui a évidemment déclenché la polémique.

Le boxeur anglais, qui a révélé sur Talksport avoir reçu de nombreuses menaces de mort, a aussi expliqué que c'était une "petite blague pour faire rire les gens". Une plaisanterie qui n'a donc pas amusé grand-monde, à commencer par sa fédération. De quoi remettre en question son affrontement contre Canelo Alvarez, prévu en mai mais déjà reporté en raison de la crise sanitaire ? Il est encore trop tôt pour le dire. Mais Saunders n'en est pas à son premier dérapage. Et il avait ainsi été rappelé à l'ordre par sa fédération en septembre 2018, déjà en raison d'une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. On le voyait s'arrêter au volant de sa Rolls-Royce pour demander à une toxicomane des faveurs sexuelles pour son passager mais aussi d'attaquer un passant moyennant 150 livres de crack. "Je suis comme je suis, je ne vais pas dire que je ne vais pas commettre d'autre erreur dans ma vie. Ce n'était pas intentionnel, je n'ai pas eu une bonne éducation", expliquait-il encore sur Talksport.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.