La Fédération internationale veut aller aux JO pour combler sa dette

La Fédération internationale veut aller aux JO pour combler sa dette©Media365

Aurélie SACCHELLI, publié le mercredi 27 mars 2019 à 19h09

Alors qu'elle présente une dette de plus de 14 millions d'euros, la Fédération internationale de boxe (AIBA) estime dans un communiqué que seule une participation aux JO de Tokyo pourrait lui permettre de régler sa dette. Le CIO devrait prendre une décision au moins de juin.

Au mois de juin prochain, le Comité international olympique devrait décider si la boxe reste au programme des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. La Fédération internationale de boxe amateur (AIBA) est en effet sous le coup d'une enquête, en raison de problèmes de gouvernance, de finances, de programme antidopage et d'éthique (son ex-président Gafur Rakhimov, qui a démissionné la semaine passée, est accusé d'être « un criminel majeur" par le Trésor américain), et le CIO a décidé en novembre dernier de geler l'organisation du prochain tournoi olympique de boxe. Mais l'AIBA, dans un communiqué publié ce mercredi, a mis la pression sur le CIO : « L'AIBA affiche des dettes supérieures à 16 millions de dollars (14,2 millions d'euros) et est dépendante de l'argent olympique pour assurer son avenir. Avec l'argent olympique, l'AIBA disposera des ressources financières pour non seulement faire face à ses obligations mais aussi éliminer sa dette et redevenir bénéficiaire à l'horizon 2024. Si le CIO reprend le paiement de ses aides financières, l'AIBA sera en mesure de réduire de 4 à 5 millions de dollars sa dette sur les 12 prochains mois », écrit Tom Virgets, directeur général de l'AIBA. La balle est dans le camp du CIO désormais...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.