JO 2020 : L'enquête du CIO pose problème à l'AIBA

JO 2020 : L'enquête du CIO pose problème à l'AIBA©Media365

Jérémy Nedelec, publié le mercredi 12 décembre 2018 à 20h05

Face à l'enquête la concernant lancée par le CIO notamment suite à la nomination de Gafur Rakhimov à sa tête, l'AIBA s'est publiquement exprimé sur le sujet et assure être inquiète face aux retards que cela pourrait provoquer dans l'organisation des tournois olympiques de boxe à Tokyo en 2020.

Le dossier sensible de la boxe aux prochains Jeux Olympiques de Tokyo 2020 continue. La Fédération Internationale de boxe amateur (AIBA) s'est dit préoccupée par l'avancée de l'enquête du CIO dont elle fait l'objet depuis fin novembre. « Nous sommes impatients de recevoir des informations sur la conduite de cette enquête car nous devons informer les sportifs sur le processus de qualification pour les jeux, a déclaré à l'AFP le directeur général de l'AIBA Tom Vigets. J'espère que la commission d'enquête du CIO est consciente de l'intérêt des sportifs et va mener cette enquête dans les temps. Nous sommes déjà en retard sur le programme et chaque jour de retard à un impact sur notre capacité à fournir aux athlètes des tournois de qualité qu'ils méritent. » Le 30 novembre dernier, le Comité International Olympique avait gelé l'organisation du tournoi de boxe pour les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020 et lancé en parallèle cette enquête dans le but d'éclaircir des zones d'ombres sur la gouvernance, l'éthique et la gestion financière » de l'AIBA.

Rakhimov, toujours un problème pour le CIO

« Les contacts officiels entre l'AIBA et le Comité d'organisation de Tokyo 2020, les ventes de billets, l'approbation et la mise en place du système de qualification, la planification des tests et la finalisation du programme de compétition sont suspendus », avait également communiqué le CIO, menaçant de lui retirer son statut de fédération reconnue par le mouvement olympique... et donc sa place au programme des prochains JO organisés dans la capitale japonaise. Il faut dire que la nomination de l'Ouzbek Gafur Rakhimov au poste de président de l'AIBA n'a pas aidé à tisser une relation de confiance avec le CIO. L'homme d'affaires, qui a brigué début novembre la tête de la Fédération, est accusé d'être lié à un réseau criminel international selon l'administration américaine, ce qui provoque une « incertitude concernant son rôle comme président de l'AIBA », écrit le CIO. Un porte-parole du CIO, interrogé par l'AFP, a néanmoins assuré que l'AIBA « a reçu une lettre décrivant l'enquête et les autres mesures prises immédiatement après la réunion de la commission exécutive à Tokyo ». L'horizon de la boxe aux JO 2020 demeure décidément très incertain...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.