JO 2020 : Après les menaces contre le CIO, l'AIBA décide de faire machine arrière

JO 2020 : Après les menaces contre le CIO, l'AIBA décide de faire machine arrière©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le mercredi 08 mai 2019 à 17h05

Au lendemain de la publication d'un communiqué où l'instance menaçait clairement le CIO, le président par intérim de l'AIBA a fait volte-face.

Dans sa lutte contre le Comité International Olympique, l'Association Internationale de Boxe Amateur a décidé de calmer le jeu. Ce mardi, via un communiqué au ton virulent, l'AIBA avait clairement menacé le CIO d'une action en justice pour avoir « violé la charte olympique » en suspendant l'instance mondiale et en l'écartant provisoirement de l'organisation du tournoi de boxe des Jeux Olympiques de Tokyo, dans l'attente d'une réunion programmée le 22 mai prochain qui doit statuer sur cette affaire. Mais, en marge de la convention SportAccord organisée à Gold Coast, en Australie, le président par intérim de l'AIBA Mohamed Moustahsane a effectué un virage à 180 degrés. « Il n'y aura pas de recours à la justice car nous sommes une organisation sportive, donc on reste au niveau sportif », a déclaré dans des propos recueillis par l'AFP celui qui succède provisoirement au controversé Gafur Rakhimov.

L'AIBA va s'expliquer le 20 mai à Lausanne

Afin d'arrondir les angles, les dirigeants de l'AIBA vont avoir l'opportunité de s'expliquer devant la commission d'enquête mise en place par le CIO le 20 mai prochain, soit deux jours avant la décision concernant l'avenir de la boxe aux JO. « En tant que président de l'AIBA, je reste confiant dans le fait qu'il y aura un moyen de régler les problèmes et que l'AIBA restera une fédération qui participera aux JO, ajoute Mohamed Moustahsane, qui fera le déplacement à Lausanne. Je serai présent, accompagné des personnes-clés qui pourraient répondre aux questions, pour défendre la position de l'AIBA et dire qu'on est prêts à organiser aussi bien le tournoi olympique que les tournois qualificatifs. » Une organisation qui a également un enjeu économique pour l'AIBA, qui pourrait perdre les subventions allouées par le CIO aux fédérations impliquées dans les Jeux Olympiques, une somme avoisinant les quinze millions de dollars. L'AIBA voit donc son temps compter pour dissiper les doutes du CIO concernant la gouvernance, la question de l'arbitrage ou encore les finances de l'AIBA, secouées par plusieurs scandales ces dernières années.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.