JO 2016 : Les combats des Français trafiqués ?

JO 2016 : Les combats des Français trafiqués ?©Media365

Aurélien CANOT, publié le mardi 26 mars 2019 à 10h44

Les combats de certains boxeurs français lors des Jeux Olympiques de Rio en 2016 ont-ils été manipulés ? C'est ce que l'on pourrait penser en tout cas à la lecture de la vaste enquête du journal Le Monde.

Le quotidien, s'appuyant sur des mails, des conversations téléphoniques ainsi que sur des rapports d'une commission d'enquête, met en avant dans son édition de lundi des soupçons de manipulation lors du tournoi de boxe olympique des JO 2016. Le hic, c'est que les soupçons en question visent tout particulièrement la France (l'Ouzbekistan serait l'autre pays dans l'œil du cyclone). Avec en premier lieu dans le viseur des enquêteurs Karim Bouzidi, ex-directeur exécutif français de la Fédération internationale de boxe (AIBA) démis de ses fonctions trois jours avant la clôture de ce tournoi qui avait vu l'équipe de France, rebaptisée la « Team Solide » lors de ces Jeux, rafler six médailles, dont deux en or pour Tony Yoka et sa compagne Estelle Mossely. A en croire l'investigation menée conjointement par Le Monde et le journal bulgare Bulgaria Today, Bouzidi serait suspecté de s'être entendu avec les juges cinq étoiles du tournoi (autrement dit les plus influents) pour favoriser certains pays, dont bien évidemment la France.

Pas de boxe à Tokyo en 2020 ?

Des soupçons qui auraient incité l'AIBA à non seulement licencier Bouzidi mais également à écarter la totalité des juges et arbitres du tournoi suite à des « décisions controversées » et à ouvrir immédiatement une enquête. Le Monde s'attarde notamment sur un mail du président de la Fédération internationale Wu Ching-Kuo, faisant état de la probabilité que le « directeur exécutif (Bouzidi) en lien avec la directrice des sports (Kristin Brynildsen) a influencé les décisions des juges-arbitres cinq étoiles dans certains combats en favorisant certaines Fédérations. » Dans un autre courriel, le même Wu Ching-Kuo aurait mis le doigt de la même façon sur « les combats concernant la France et l'Ouzbekistan ». Quant au rapport de la commission d'enquête auquel auraient eu accès nos confrères, il démontrerait, selon eux, que Karim Bouzidi avait tout loisir de désigner les arbitres qu'il souhaitait et qu'il en aurait profité, toujours selon le rapport, pour « changer des juges et arbitres sur certains combats » « Rien ne prouve que ces changements ont été faits pour influencer l'issue du combat », précise toutefois la commission en question à la veille pour le CIO de décider si les Jeux de Tokyo 2020 hébergeront ou pas un tournoi de boxe, quatre ans après celui de Rio qui jette aujourd'hui le trouble au regard des révélations du Monde. Pour le moment, l'épreuve est gelée. Si elle venait à être supprimée, ces JO deviendraient les premiers depuis 1904 à ne pas proposer de tournoi de boxe. Un séisme.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.