Boxe : Le dernier recours rejeté pour Tony Yoka

Boxe : Le dernier recours rejeté pour Tony Yoka©Media365
A lire aussi

Gabriel Vanhoutte, publié le mercredi 30 janvier 2019 à 18h16

Le Conseil d'Etat a décidé de rejeter ce mercredi l'ultime recours de Tony Yoka, qui voit donc sa suspension d'un an confirmée par les instances juridiques. Pour rappel, le boxeur ne s'était pas présenté à trois contrôles antidopage, ce qui lui avait valu la présente sanction. Il ne pourra pas remonter sur le ring avant début juillet 2019.

Après avoir tenté d'engager une dernière procédure pour lever la sanction qui pesait sur ses épaules, Tony Yoka (26 ans) a vu ce mercredi son appel rejeté par le Conseil d'Etat. Il ne pourra pas boxer avant début juillet 2019. Le tribut à payer pour trois « no shows », à savoir trois contrôles antidopage évités par le champion olympique 2016. L'épilogue d'un combat judiciaire, où l'Agence française contre le dopage (AFLD) sera venu à bout du Parisien.

Encore un peu plus de cinq mois à patienter

D'après la décision du Conseil d'Etat, si Yoka « fait valoir qu'il a été dans l'impossibilité matérielle d'informer l'agence de sa localisation à la date du premier contrôle, qu'il croyait ne plus appartenir au groupe cible lorsqu'a été diligenté le deuxième contrôle et que l'omission des renseignements de localisation qui lui est reprochée, s'agissant du troisième trimestre de l'année 2017, serait le fait de sa compagne (Estelle Mossely, boxeuse elle aussi), il n'établit nullement par ces éléments avoir été dans l'impossibilité de déférer aux exigences [...] auxquelles il était astreint ».


Ultime épisode donc d'un feuilleton judiciaire de plus de six mois. Le 5 juillet dernier, l'AFLD avait décidé de sanctionner le comportement du médaillé d'or à Rio, pour avoir manqué à l'appel de trois contrôles antidopage en l'espace d'un an (entre juillet 2016 et juillet 2017). Là où les avocats du boxeur avaient alors clamé « l'étourderie », le Conseil d'Etat rappelle ce mercredi le boxeur à ses engagements en dehors du ring. La sanction ayant débuté en juillet dernier, Tony Yoka devra donc encore patienter un peu plus de cinq mois.

"La Conquête" en stand-by

Un coup d'arrêt majeur pour le boxeur français, qui après la médaille d'or aux Jeux Olympiques de Rio 2016, était parti à l'assaut de la ceinture poids lourds chez les professionnels. Une « Conquête » - pour prendre le titre - qui le lie à Canal+, son partenaire et diffuseur depuis 2018. Une mise en scène théâtrale, mais aussi juteuse, avec un contrat d'exclusivité de quatre ans, estimé entre 8 et 10 millions d'euros. En attendant de reprendre sa marche vers le titre mondial sur nos écrans de télévisions, Tony Yoka s'est donc incliné ce mercredi contre l'autorité judiciaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.