Boxe : Le Conseil d'Etat confirme la sanction de Tony Yoka

Boxe : Le Conseil d'Etat confirme la sanction de Tony Yoka©Media365
A lire aussi

Guillaume MARION, publié le mardi 14 août 2018 à 21h09

Ce mardi, le Conseil d'Etat a confirmé la sanction de Tony Yoka, suspendu pour un an depuis juin suite à trois "no-shows.''

"La Conquête'' belle et bien stoppée net. En effet, ce mardi, le Conseil d'Etat a confirmé la sanction infligée à Tony Yoka en juin dernier. Pour rappel, le Français avait été sanctionné par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) d'une suspension d'un an. Cette dernière lui reprochait alors des manquements répétés aux obligations de localisation lors de contrôles antidopage, à savoir trois "no-shows'' entre juillet 2016 et juillet 2017. Suite à cette sanction qu'il avait du mal à comprendre, le Parisien avait alors fait appel, évoquant pour sa part une "négligence administrative.'' C'est du moins la thèse qu'avait défendu son avocat, Me Arnaud Péricard.

Yoka va devoir prendre son mal en patience


Or, ce mardi, le Conseil d'Etat n'est donc pas allé à l'encontre de l'AFLD et a décidé de confirmer la sanction infligée à Tony Yoka. Désormais suspendu, le Français avait d'ores et déjà annoncé qu'il respecterait la décision du Conseil d'Etat. Du coup, le boxeur français, champion olympique des poids lourds à Rio en 2016, ne devrait pas aller plus loin dans les recours et ne pourra donc plus combattre jusqu'à juillet 2019. De ce fait, les prochains projets de Yoka sont donc pour le moment annulés, lui qui reste sur une victoire par arrêt de l'arbitre le 23 juin dernier, contre le Britannique David Allen.

"Yoka ne pouvait ignorer les conséquences de son incurie"


Si le clan Yoka pensait que sa défense ferait mouche auprès des instances, il n'en a rien été, et notamment ce mardi. "La légèreté du comportement de M. Yoka qui, sportif averti, particulièrement informé de l'importance du contrôle antidopage, ne pouvait ignorer dès le premier avertissement les conséquences de son incurie, ne permet pas de regarder comme sérieux le moyen tiré de ce que la sanction de suspension d'un an serait disproportionnée'', peut-on notamment lire dans l'ordonnance délivrée par le juge du Conseil d'Etat, à propos du boxeur champion olympique dans sa catégorie en 2016 à Rio.

Premier contrecoup pour la "Conquête"


Alors que depuis ses débuts dans le monde professionnel, Tony Yoka affichait un bilan parfait de cinq victoires en autant de rencontres, cette sanction va ralentir la "Conquête'', soit le nom du plan de carrière du Français montait avec Canal +. "J'ai commis une faute professionnelle. (...) Je n'ai rien pris du tout, aucun médicament ! J'ai juste mal rempli mon dossier de localisation. Cela m'a touché et blessé car on m'a accablé pour rien. C'est ça le plus dur, alors que je me suis toujours battu pour un sport clean'', confiait l'intéressé en avril dernier, lors d'un entretien avec le Parisien. Au pied du mur, Tony Yoka va donc devoir revoir ses plans pendant un an, date à laquelle sa sanction sera terminée.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU