San Antonio : Tony Parker veut rester malgré sa saison " la plus bizarre et dure "

San Antonio : Tony Parker veut rester malgré sa saison " la plus bizarre et dure "©Media365

Aurélien CANOT, publié le mercredi 25 avril 2018 à 11h10

Après la quatrième défaite face aux Warriors, mardi soir en Californie, synonyme de vacances prématurées pour les hommes de Gregg Popovich, Tony Parker a dressé un premier bilan aussi bref qu'étrange en parlant à chaud de « saison la plus bizarre et la plus dure » qu'il ait connue. Pourtant, l'ancien capitaine des Bleus assure à quelques jours de fêter ses 36 ans qu'il tient toujours autant à prolonger l'aventure aux Spurs.

« On verra ce qui va se passer, le 1er juillet. C'est bientôt, mais bien sûr comme je l'ai dit, je veux continuer à jouer à San Antonio », a confirmé devant les médias celui qui sera free agent à partir du 1er juillet prochain, ce qui ne lui était encore jamais arrivé depuis qu'il évolue dans le meilleur championnat au monde. Peu loquace, TP ne s'est pas attardé. Mais à une question à propos de son nouveau statut, Parker a consenti tout de même à répondre par un « bien sûr » à ce journaliste qui souhaitait savoir si le jeune retraité de l'équipe de France accepterait de jouer de nouveau les doublures la saison prochaine du tout jeune Dejounte Murray (21 ans), passé meneur titulaire en janvier dernier au détriment précisément du Français.Ce dernier s'est montré très clair une fois de plus : il veut rester à San Antonio, même dans ce costume de remplaçant qu'il semble avoir définitivement endossé. Reste à savoir si les Spurs décideront de maintenir leur confiance au sein de l'effectif à celui qui a tourné cette saison à une moyenne plus de deux fois inférieure à ce qu'elle était auparavant (7,7 points en 19,5 minutes de jeu, contre 15,8 points en 31,1 minutes). Certes, son temps de jeu a été réduit de moitié lui aussi, et TP a dû de surcroît se relever d'une rupture du tendon du quadriceps gauche contractée en mai dernier et qui l'a privé du premier mois de compétition. Mais cela n'explique pas tout. Et même pour services rendus (il a été l'un des artisans majeurs des quatre titres de champion des Spurs, en 2003, 2005, 2007 et 2014), rien ne permet de dire aujourd'hui que San Antonio verra encore son avenir avec Tony Parker. La balle est dans le camp des Spurs. Parker, lui, ne pouvait faire mieux passer son message. Quant à la suite...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.