NBA - Utah : Les confessions de Boris Diaw

NBA - Utah : Les confessions de Boris Diaw©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le vendredi 31 mars 2017 à 10h53

Boris Diaw s'est livré jeudi lors d'une conférence téléphonique organisée par la NBA pour les médias français.

Comme tout le monde, Boris Diaw est bluffé par le niveau de jeu actuel de son coéquipier à Utah comme en équipe de France Rudy Gobert. « Le plus éclatant au niveau de sa progression, c'est surtout au niveau de l'attaque, où il apporte plus que ce qu'il apportait avant », a noté l'ailier du Jazz ce jeudi lors d'une conférence téléphonique programmée par la NBA pour les médias français. Une intervention lors de laquelle « Bobo » a dévoilé les domaines dans lequel Gobert, qui mériterait à ses yeux d'être élu meilleur défenseur de l'année (« avec le nombre de contres qu'il fait par match ») doit justement s'améliorer pour atteindre les sommets. « Il peut encore progresser sur la concentration et le fait d'être constant d'un match sur l'autre. Et en attaque, c'est vraiment sur des qualités individuelles qu'il peut encore progresser dans deux domaines : le shoot extérieur et le jeu en post up. »
Diaw : « Westbrook est impressionnant »
En ce qui concerne le Jazz, Diaw se félicite que le premier objectif - les play-offs - ait été atteint. Mais le capitaine des Bleus refuse de s'en contenter, et voit plus loin. « Le deuxième objectif, c'était de terminer à la meilleure place possible, la quatrième place est bonne, mais il faut la garder en dépit d'un calendrier difficile. Le troisième objectif, c'est de faire les meilleurs play-offs possible, d'aller le plus loin. Le Jazz essaie de construire cette même constance qu'à San Antonio. » A trois jours de justement retrouver les Spurs et Tony Parker, l'ex-président des JSA Bordeaux depuis peu (« Il n'y avait pas de modèle économique en place ») s'est également étendu sur sa nouvelle vie, dans cette ville de Utah où il se sent très bien et où il a découvert en Joe Ingles un autre passionné de grands crus, comme lui. « J'adore la ville, l'état, ses alentours, les montagnes, la neige. Mes deux Huskies adorent la neige de l'Utah. J'ai quelques coéquipiers qui aiment bien le vin, on a eu l'occasion de faire une dégustation en début de saison. Joe Ingles aime bien le vin. » Mais « le Président » ne pouvait pas achever ses confidences sans parler de l'équipe de France. « Si je n'ai rien sur mon calendrier, je serai disponible », s'est-il marré, avant de se reprendre : « Non. Bien sûr que je serai là. » Cela a le mérite d'être clair. La page Bleus refermé, Diaw pouvait se replonger dans cette NBA qui lui est si chère. Et même à 34 ans, il continue d'aller de découverte de jour en jour. La dernière en date ? Le duel en très haute altitude que se livrent Russell Westbrook et James Harden pour le titre de MVP. « Babak » ne cache pas qu'il a une préférence. « Les deux sont dans des proportions record, c'est du jamais vu, mais le plus impressionnant, je dirais que c'est Westbrook. » Et un supporter de plus pour le « Marsupilami ».

 
0 commentaire - NBA - Utah : Les confessions de Boris Diaw
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]