NBA : Que peut-on attendre de la saison 2017-18 des Français ?

NBA : Que peut-on attendre de la saison 2017-18 des Français ?©Media365

Aurélie SACCHELLI, publié le vendredi 13 octobre 2017 à 17h37

Alors que la saison NBA reprend ce mardi, tour d'horizon des ambitions des treize Français qui seront sur les parquets.

Alexis Ajinça (New Orleans, 29 ans, 5,3pts, 4,5rbds et 15min de moyenne en 39 matchs de saison régulière la saison passée)
En NBA depuis 2008, le pivot natif de St-Etienne fait désormais figure de vétéran des parquets. Il va entamer sa cinquième saison à New Orleans, avec la volonté d'effacer son triste exercice 2016-17, où il n'a tourné qu'à 5,3 points de moyenne. Pas vraiment dans les petits papiers d'Alvin Gentry, Ajinça n'aurait pas été contre un départ cet été. D'autant qu'avec la présence des monstres Anthony Davis et DeMarcus Cousins, la raquette des Pelicans est bouchée et le Français va encore devoir se contenter des miettes. Heureusement, son équipe devrait enfin être en mesure de lutter pour les play-offs.

Nicolas Batum (Charlotte, 28 ans, 15,1 pts, 5,6 rbds, 5,9pds et 34min de moyenne en 77 matchs)
Après une saison 2016-17 frustrante, où il a signé une feuille de stats très complète mais n'est pas parvenu à conduire son équipe en play-offs malgré un bon début de saison, l'ailier français espérait repartir sur de bonnes bases chez les Hornets, autour de Kemba Walker et Dwight Howard. Mais il s'est blessé au coude et va manquer les cinq à sept premières semaines de la saison. Son retour devrait faire le plus grand bien à la franchise présidée par Michael Jordan, car sa polyvalence est rare en NBA, même si on aimerait qu'il se montre parfois un peu plus individualiste. Batum a choisi de travailler tout l'été plutôt que de participer à l'Euro. Il faut que cela se traduise par de grosses performances cette saison.

Evan Fournier (Orlando, 24 ans, 17,2pts, 3,1rbds et 32,8min de moyenne en 68 matchs)
Il est le meilleur marqueur français en NBA, mais il n'évolue malheureusement pas dans une franchise de haut niveau. Titulaire indiscutable à Orlando, où il va entamer sa cinquième saison, Fournier aura encore du mal à voir les play-offs au printemps prochain, même si l'arrivée de Jonathon Simmons et Arron Afflalo pourrait améliorer l'ordinaire. L'objectif du Français cette saison sera donc d'encore améliorer ses stats (sans cesse en progression depuis son arrivée en Floride) et de permettre à son équipe de rester dans le coup pour le Top 8 le plus longtemps possible.

Rudy Gobert (Utah, 25 ans, 14pts, 12,8rbds et 33,9min en 81 matchs)
Il est sans doute le joueur français le mieux coté du moment. Meilleur contreur et deuxième meilleur défenseur (derrière Draymond Green) de la Ligue la saison passée, le pivot d'Utah reste sur un excellent exercice 2016-17, où il a montré qu'il valait son contrat à 100 millions d'euros. Mais il évoluait aux côtés de Gordon Hayward, et ce dernier a choisi de quitter le Jazz pour Boston, ce qui devrait plomber les espoirs de la franchise de Salt Lake City. Ricky Rubio est en revanche arrivé et devrait alimenter la « Stifle Tower » en bons ballons. Gobert sera la star de l'équipe sur le papier, à lui de prouver une nouvelle fois sur le terrain.

Joffrey Lauvergne (San Antonio, 26 ans, 5,4pts, 3,6rbds et 14min en 70 matchs avec Oklahoma City et Chicago)
L'ailier fort français va porter le maillot d'une troisième équipe différente en un an. Après Oklahoma City et Chicago, Lauvergne a pris le chemin de San Antonio, après avoir été laissé libre par les Bulls. L'ancien Chalonnais va devoir se faire une place dans la raquette des Spurs, derrière Gasol et Aldridge. Lors des matchs de préparation, il s'est déjà montré à l'aise (7pts, 6rbs en 17min) et Gregg Popovich l'a félicité. Mais il va falloir confirmer lors de la saison régulière.

Timothé Luwawu-Cabarrot (Philadelphia, 22 ans, 6,4pts, 2,2rbds et 17,2min en 69 matchs)
Sa première saison en NBA a globalement été une réussite. S'il a dû faire des allers-retours en D-League en début de saison, il a ensuite peu à peu pris sa place dans le collectif des 76ers. Au sein d'une franchise qui fait confiance aux jeunes (le trio Embiid-Fultz-Simmons promet déjà beaucoup), le Français a les moyens de grappiller du temps du jeu. Il devra tenter d'augmenter ses stats par rapport à la saison passée, tout en permettant aux 76ers de viser le Top 8 le plus longtemps possible. Sur le papier, il y a (enfin) de belles choses à faire à Philadelphia.

Ian Mahinmi (Washington, 30 ans, 5,6pts, 4,6rbds et 17,9min en 31 matchs)
Perturbé par une blessure au genou, Ian Mahinmi n'a même pas joué une moitié de saison l'année dernière avec Washington. Mais dès qu'il est revenu sur les parquets, le pivot a apporté tout son impact en sortie de banc, et contribué au bon parcours des Wizards. Cette saison, la franchise de la Capitale fait figure de gros outsider à l'Est derrière Cleveland et Boston, et le Français aura encore son mot à dire dans la raquette. A condition que sa santé le laisse enfin en paix.

Yannis Morin (Oklahoma City, 24 ans, première saison en NBA)
L'ancien ailier fort de Cholet et du Havre a signé un contrat avec Oklahoma City le 11 octobre, mais rien de dit qu'il va porter le maillot du Thunder, qui est devenu une « superteam » avec les arrivées Paul George et Carmelo Anthony cet été. Le Martiniquais, à moins d'une belle surprise, a plus de chances d'aller faire ses classes en Ligue de Développement avant, pourquoi pas, de goûter enfin à la NBA, la vraie !

Frank Ntilikina (New York, 19 ans, première saison en NBA)
Le grand espoir du basket français, c'est lui ! A seulement 19 ans, l'ancien meneur de Strasbourg a été drafté en 8eme position par les Knicks, ce qu'aucun de ses compatriotes n'avait jamais réussi. Au sein d'une franchise en pleine reconstruction suite au départ de Phil Jackson et Carmelo Anthony, Ntilikina aura sa chance car ses dirigeants comptent sur lui. Il ne faudra pas non plus attendre monts et merveilles dès sa première saison (n'est pas Tony Parker qui veut...), mais avec Kristaps Porzingis et Enes Kanter à ses côtés il peut ramener les Knicks vers le Top 10 (voire les play-offs ?) après trois saisons catastrophiques.

Joakim Noah (New York, 32 ans, 5pts, 8,8rbds, 2,2pds et 22,1min en 46 matchs)
Le pivot français peut-il vivre une saison pire que la précédente ? A priori, non. Arrivé au sein de sa franchise de cœur pour 72 millions d'euros sur quatre ans, l'ancien des Bulls a d'abord galéré sur le parquet (seulement 5pts de moyenne !), avant de se blesser au genou fin février, puis d'être suspendu pour avoir pris un produit interdit. L'ancien meilleur défenseur de la Ligue doit une revanche aux fans des Knicks cette saison, et prouver qu'il n'est pas déjà cuit, à 32 ans. Au sein d'une franchise en reconstruction, il aura un rôle à jouer, et son impact défensif ne pourra pas faire de mal. Mais il sera attendu au tournant.

Tony Parker (San Antonio, 35 ans, 10,1pts, 4,5pds et 25,2min en 63 matchs)
Quadruple champion, le vétéran des basketteurs français en NBA va manquer toute la première partie de saison en raison de sa grave blessure au quadriceps gauche. Le meneur espère être de retour en décembre ou janvier, et nul doute que Gregg Popovich prendra tout son temps pour le faire revenir petit à petit dans le cinq. C'est en fin de saison régulière et en play-offs que le n°9 sera scruté. A 35 ans, il ne faut plus attendre de lui des matchs à 20 points et 10 passes, mais son expérience et sa science du jeu n'ont pas d'égal.

Yakuba Ouattara (Brooklyn, 25 ans, première saison en NBA)
Après deux saisons à Monaco, l'arrière né au Ghana a décidé de faire le grand saut vers la NBA. Mais il n'a signé qu'un « two way contract », ce qui signifie qu'il fera des allers-retours entre l'équipe des Brooklyn Nets et la Ligue de Développement. Son objectif sera donc de rester le plus souvent possible au sein de l'équipe une, qui ne devrait pas avoir de grosses ambitions cette saison. Au sein d'un effectif limité, au Franchie de faire sa place.

Gershon Yabusele (Boston, 21 ans, première saison NBA)
Drafté en 16eme position par les Celtics en 2016, l'ailier fort a ensuite été envoyé en Chine, puis en Ligue de Développement, où il a plutôt brillé. Cette saison, l'ancien Roannais et Rouennais (qui a été opéré des chevilles fin mai) devrait avoir sa chance, mais au sein d'une équipe qui vise le haut de la Conférence Est, avec un effectif de grande qualité, il faudra se battre pour grappiller des minutes. Et surtout être irréprochable en défense.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.