NBA : Les Pelicans obtiennent le 1er choix de draft, les Knicks déchantent

NBA : Les Pelicans obtiennent le 1er choix de draft, les Knicks déchantent©Media365

Gabriel Vanhoutte, publié le mercredi 15 mai 2019 à 14h39

Peu avant le Match 1 de la finale de la Conférence Ouest remporté par Golden State se dessinait à Chicago l'avenir de la NBA. Au terme d'une loterie pleine de surprise, New Orleans a récupéré le premier choix de la draft. Les Pelicans pourront ainsi enrôler le si attendu Zion Williamson. La déception était immense en revanche pour les franchises ayant « tanké » cette saison, à commencer par les Knicks, seulement troisièmes.

Seulement 6% de chances d'être premier choix, et finalement le gros lot pour les Pelicans. Ce mardi à Chicago avait lieu la loterie pour définir l'ordre de la draft du 20 juin prochain. Et la Nouvelle Orléans, en dépit de ses 6% de chances de récupérer le premier choix, a terminé en tête, avec à l'esprit de récupérer la superstar des parquets universitaires Zion Williamson. Une chance inouïe pour la franchise chère à Anthony Davis, dans la mesure où elle partait avec un train de retard sur les pires équipes de l'année, qui disposaient, elles, de 14% de chances de récupérer le gros lot. Les trois équipes en question, New York, Cleveland et Phoenix  ont perdu leur pari du « tanking » (procédé qui consiste pour les équipes promises aux dernières places de balancer volontairement la saison pour pouvoir bénéficier de l'un des meilleurs choix de draft lors de l'exercice suivant), avec seulement à l'arrivée et respectivement les troisièmes, cinquièmes et sixièmes rangs.


Davis toujours partant ?

David Griffin, nouveau directeur sportif de la franchise, n'en revenait pas lui-même. Dans une impasse sportive avec le départ programmé de Davis, les Pelicans semblaient s'enfoncer dans les profondeurs de la ligue pour les années à venir. Puis tout a changé. Car avec Zion Williamson, considéré comme le plus grand événement de la draft depuis Lebron James, la franchise de Louisiane peut de nouveau songer à son avenir avec le sourire. L'arrivée de Williamson sera essentielle pour redorer le blason d'une franchise aux affluences faibles et au manque d'exposition médiatique depuis son arrivée en 2002. De quoi également reconsidérer le cas Davis... Depuis son trade avorté vers les Lakers en janvier, l'avenir du n°23 semblait se dessiner loin de La Nouvelle-Orléans. Les prétendants à sa venue se faisaient ainsi particulièrement insistants, à l'image des Knicks, de Boston ou évidemment des Lakers. Mais de franchise désarmée, les Pelicans ont obtenu mardi une arme de négociation de premier ordre. Mais, selon The Athletic, l'argument Zion serait insuffisant pour changer la décision de Davis, toujours motivé par ses envies d'ailleurs. Deux cas de figures se présentent alors au front office de Louisiane : tout faire pour conserver l'intérieur au monosourcil en l'associant à la star en puissance de demain, ou négocier sereinement le départ du pivot avec l'assurance de pouvoir construire son effectif autour du petit prodige de Duke.


Les Knicks l'ont mauvaise, les Lakers déjouent les pronostics

C'était le souhait de toute une ville. Après une année de « tanking » catastrophique, New York voit désormais Williamson s'envoler loin du Madison Garden. Une déception sans nom pour les Knicks, qui se voyaient déjà afficher un roster comprenant Kevin Durant et le génie de Duke la saison prochaine. Seulement troisième, malgré le pire bilan de la Ligue, New York devrait se contenter de prendre R.J Barrett, dont le potentiel monstre a été souvent relégué à l'ombre de son coéquipier chez les Blue Devils. Sur la côte Ouest, la fortune a davantage souri aux Lakers. Avec seulement 9% de chances de terminer dans le Top 4, la franchise de L.A a obtenu un 4eme choix plus que bienvenu. Pourtant, le General Manager Rob Pelinka n'aurait pas pour plan de récupérer un joueur, mais d'utiliser cette option comme argument supplémentaire dans un trade à venir... Possiblement celui d'Anthony Davis. Ce qui profiterait encore et toujours aux Pelicans, qui ressortent décidément grandis de cette loterie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.