NBA : LeBron James s'en prend (encore) à Donald Trump

NBA : LeBron James s'en prend (encore) à Donald Trump©Media365
A lire aussi

Matthieu Angosto, publié le mardi 16 janvier 2018 à 17h14

En marge de l'affiche phare du Martin Luther King Day en NBA, la star des Cleveland Cavaliers, LeBron James, a vivement critiqué Donald Trump. Le basketteur n'en est pas à sa première attaque contre le président américain.

« Il a permis aux gens de sortir du bois et de se sentir à l'aise en faisant des choses négatives. » Selon LeBron James, le racisme est de plus en plus banalisé aux États-Unis à cause de Donald Trump. Le président américain est dans l'œil du cyclone après des propos sur Haïti et plusieurs pays africains. Au cours d'une réunion avec des parlementaires, Trump les aurait qualifiés de « pays de merde ». Un nouveau dérapage intervenu quelques jours seulement avant les célébrations organisées pour Martin Luther King Jr., héros des droits civiques aux États-Unis. Fervent défenseur de la cause, la star du basket n'a pas hésité à tacler le président. « Le type aux commandes a donné aux gens et au racisme (...) une occasion de parler sans crainte, haut et fort » explique le King. Ce dernier n'est pas le premier à accuser Donald Trump de racisme. Interviewé la veille à la sortie de son club de golf en Floride, le président américain a déclaré être « la personne la moins raciste que vous ayez jamais interviewée ».Ce n'est pas la première fois que le joueur des Cleveland Cavaliers s'attaque à Trump. En septembre dernier, le premier avait qualifié le second de « tocard », suite à la polémique générée par l'agenouillement de plusieurs joueurs de NFL durant l'hymne national américain. Initié par l'ancien quarterback des San Francisco 49ers, Colin Kaepernick, le mouvement visait à protester contre le meurtre de plusieurs noirs, abattus par des policiers blancs. De nombreux joueurs de football américain, mais aussi de baseball, avaient par la suite imité Kaepernick, provoquant la colère de Donald Trump. Ce dernier avait également été moqué par James, après le retrait de l'invitation à la Maison Blanche des Golden State Warriors, champions NBA 2017. « Aller à la Maison Blanche était un honneur avant que tu y sois », avait lancé le Chosen One au président. Les divergences d'opinions entre James, figure populaire majeure, avec 23 millions de fans sur Facebook et 40 millions de followers sur Twitter, et Donald Trump ne passent pas inaperçues sur la scène médiatique américaine.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU