NBA : Le terrible constat de Lillard et Rivers sur les Etats-Unis

NBA : Le terrible constat de Lillard et Rivers sur les Etats-Unis©Media365

Guillaume MARION, Media365 : publié le vendredi 08 janvier 2021 à 13h15

En conférence de presse, Damian Lillard, le meneur de Portland, et Doc Rivers, l'entraîneur de Philadelphie, ont livré un terrible constat au sujet de la prise du Capitole par des partisans de Donald Trump.



Après la prise du Capitole par des partisans de Donald Trump mercredi, Damian Lillard est revenu sur ce nouveau terrible épisode de la présidence américaine. « On vit plus ou moins dans deux Amériques. Être un homme noir... Je sais ce qu'aurait été la situation si les personnes de couleur avaient décidé de prendre ce genre de voie. Je sais que ça n'aurait pas ressemblé à ce que ça a été. Ca ne se serait pas passé de la même façon. Je pense que c'est évident. Tout ce que les gens ont pu dire, les réactions des collègues, je partage la même pensée. C'est juste décevant, très décevant que ce soit acceptable de faire cela. Ca ne devrait pas être vu de la même façon que ceux qui protestent et se battent pour l'égalité, et que ne sont pas appelés manifestants, mais terroristes, criminels et autres choses. Ca ne doit pas être vu pareil. Je pense que c'est un problème, mais c'est encore plus un problème que ce qu'il s'est passé soit considéré comme acceptable. Vous aviez des gens sur le bureau de Nancy Pelosi ! Enfin, je veux dire, ça n'a aucun sens », a notamment déclaré le meneur de Portland, face à la presse.

« La démocratie l'emportera. Elle l'emporte toujours »

Un peu avant lui, c'est Doc Rivers, l'entraîneur de Philadelphie qui avait déjà évoqué cette actualité aux Etats-Unis. « La prise d'assaut du Capitole est bien évidemment perturbante et triste. Je continue d'entendre "attaque contre la démocratie." Ce n'est pas ça, la démocratie l'emportera. Elle l'emporte toujours. On n'a néanmoins appris beaucoup de choses. On a vu les manifestations (Black Lives Matter) cet été. On a vu les émeutes ou plutôt la garde nationale et l'armée. Et là, on n'a rien vu. Cela démontre un fait réel, les privilèges existent à bien des égards. Je vais le dire parce que je ne pense pas que beaucoup de gens le veuillent. Pourriez-vous imaginer aujourd'hui, si tous ces gens étaient noirs et prenaient d'assaut le Capitole ? Ce qu'il se serait passé. C'est selon moi, un image qui vaut mille mots pour nous tous. Probablement un sujet qu'il va falloir de nouveau aborder », a expliqué le natif de Chicago.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.