NBA : La globalisation du basket, une bonne nouvelle pour Vince Carter

NBA : La globalisation du basket, une bonne nouvelle pour Vince Carter©Media365
A lire aussi

Nicolas Kohlhuber, publié le samedi 03 août 2019 à 19h12

Alors qu'il est en fin de contrat et à la recherche d'un nouveau défi, Vince Carter a échangé avec la presse sur la situation actuelle du basket mondial et sur l'éclosion d'une jeune génération prometteuse.

Actuellement sans club, Vince Carter est tout de même au centre de l'actualité du basket. Le joueur de 42 ans se prépare à occuper un rôle de consultant pour la Fox lors du NBA Jr. Global Championship, une compétition rassemblant les meilleurs joueurs de moins de 14 ans. L'occasion pour lui de se confier lors d'une conférence de presse organisée par la Grande Ligue américaine. Malgré son âge et le peu d'offres qu'il a reçu, l'ancien joueur d'Atlanta a notamment confirmé sa volonté de jouer une 24eme saison en NBA. « J'attends juste la bonne opportunité, et rien n'a changé de ce point de vue : mon rêve reste toujours de jouer. Ce n'est qu'une question de patience. J'ai conscience que je suis plus âgé et que ça peut mettre plus de temps. »


Carter : « Le jeu a progressé de manière globale »

Avec sa longue expérience, son avis est toujours intéressant. Il a répondu à de nombreuses questions sur l'état du basketball mondial et notamment la progression constante des joueurs européens. «Il y a un boom chez les joueurs européens. Et cette génération va créer de nouvelles opportunités pour le monde entier dans les années à venir. Ils ont mis le pied dans la porte et ils vont maintenant pouvoir l'ouvrir pour les autres. C'est un rappel pour nos jeunes Américains. Le jeu a progressé de manière globale. Ce n'est plus simplement les Etats-Unis contre le reste du monde et c'est une bonne chose. [...] Chaque pays peut désormais exister sur la carte du basket grâce à la globalisation du jeu. La NBA y est pour quelque chose. Avec son développement à l'international, elle permet aux jeunes de voir du basket partout et toujours. »


Carter : « Qu'importe l'équipe, tant qu'il y a la médaille d'or au bout... »

Justement, le basket américain va avoir l'occasion de se frotter au reste du monde dès le mois de prochain lors de la Coupe du Monde organisée en Chine. Une compétition dont Team USA est la grande favorite. Mais le tenant du titre est également handicapé par une avalanche de forfaits. Une situation que « Air Canada » a tenté d'expliquer. « Chaque joueur doit faire son choix en fonction de son expérience, de son ressenti. Quand on voit le nombre de matchs que ces joueurs font tous les ans... Pré-saison, saison régulière à 82 matchs et encore les play-offs, c'est énorme. Je comprends qu'ils demandent du repos. C'est logique qu'ils souhaitent éviter les blessures même si c'est une décision difficile à prendre. Au final, il faut faire le boulot pour gagner. Qu'importe l'équipe, tant qu'il y a la médaille d'or au bout... »


Carter : « Ces jeunes joueurs vont être très excitants à voir jouer »

Cette Coupe du Monde vient garnir un été qui a déjà été très riche outre-Atlantique en terme de basket. La free-agency et la draft ont été incroyables et ont profondément remodelé le paysage de la NBA. Là aussi, « Air Canada » a réagi à cet été déjà historique. « Je pense que c'est du jamais vu cette free-agency. Je crois qu'on avait 206 joueurs en fin de contrat et 40% d'entre eux ont changé d'équipe. C'est dément. Je trouve ça super pour la NBA, qui gagne en parité. » Enthousiasmé par le marché des transferts, le joueur sélectionné à huit reprises pour le All-Star Game est également impatient à l'idée de voir jouer les jeunes joueurs qui arrivent en NBA. « Il y a beaucoup de bons rookies. C'est facile de nommer Zion Williamson et Ja Morant. J'ai eu l'occasion de discuter avec R.J. Barrett. Je suis parvenu à mieux le connaître, et simplement à savoir quel type de gamin il était : son appétit et son envie de devenir un bon joueur. Plus globalement, le Top 5-Top 8 de cette draft se détache et ces jeunes joueurs vont être très excitants à voir jouer. » Cette incroyable année 2019 pour le basket mondial est donc loin d'être terminée si l'on en croit l'œil avisé de Vince Carter. Et c'est une bonne nouvelle pour tous les amoureux de basket.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.