NBA - Hayward : " Une joie d'être là "

NBA - Hayward : " Une joie d'être là "©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le mercredi 17 octobre 2018 à 09h12

Un an après avoir dû stopper sa saison sur une terrible fracture de la cheville gauche au bout de cinq minutes lors du premier match, Gordon Hayward (28 ans, 2,03 m) a retrouvé les parquets, mardi soir avec Boston à domicile face à Philadelphie. Après-coup, l'ailier All Star des Celtics, auteur de 10 points, 5 rebonds et 4 interceptions, se réjouissait du simple fait d'avoir renoué avec sa passion.

Gordon Hayward (28 ans, 2,03 m), un an plus tard. Victime d'une terrible fracture de la cheville gauche l'année dernière lors du premier match contre Cleveland après seulement cinq minutes de jeu alors qu'il effectuait ses grands débuts sous ses nouvelles couleurs, l'ancien joueur du Utah Jazz avait été forcé de mettre d'entrée un terme à sa saison, sans pouvoir rejouer ensuite. Il a donc fallu attendre le nouvel exercice, débuté ce mardi soir, pour revoir Hayward à l'oeuvre. Titularisé contre Philadelphie au Garden, l'ailier All Star n'a pas livré le match de sa vie pour son grand retour (10 points, 4 sur 12 aux tirs, 5 rebonds, 4 interceptions en 24 minutes de jeu). Mais le simple fait d'avoir pu refouler les parquets 365 jours après sa soirée cauchemardesque face aux Cavs comblait Hayward de bonheur.

Hayward ovationné par le Garden


"C'était tellement bon d'être là, savourait le natif d'Indianapolis à chaud. C'est une chance de pouvoir simplement rejouer au basket (...) Je dois encore beaucoup travailler, mais une fois de plus, c'est une joie d'être là." Plus tôt sur ESPN, Hayward avait révélé qu'il avait travaillé sur ce come-back en compagnie d'un psychologue, ne cachant pas qu'il ressentait toujours une douleur lorsqu'il saute sur sa jambe gauche. Ovationné par le Garden à sa sortie, juste après avoir achevé la soirée sur un panier à trois points, Hayward n'a pourtant jamais donné l'impression de souffrir. Il a d'ailleurs annoncé la couleur dès ses premiers ballons, avec tout de suite deux tirs qui ont fait mouche. Après avoir vécu l'enfer, le Celtic n'est peut-être plus très loin du paradis.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.