NBA : Gobert vertement critiqué par deux adversaires

NBA : Gobert vertement critiqué par deux adversaires©Panoramic, Media365

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le jeudi 09 décembre 2021 à 18h23

Rudy Gobert, net vainqueur des Timberwolves avec Utah (136-104) en NBA, a été durement critiqué par deux adversaires vaincus.



La nuit dernière en NBA, la victoire la plus éclatante s'est déroulée à Minnesota. Dans l'état du Midwest, les Timberwolves sont lourdement tombés sur leur parquet face à Utah. Le Jazz l'a en effet emporté avec une très large avance de 34 points qui n'est tout de même pas si fréquente dans le championnat nord-américain de basket-ball. Un succès 136-104 qui a fait du bruit et qui n'a forcément pas laissé insensibles les vaincus. Mais plus étonnant, deux joueurs des Wolves s'en sont pris au Français Rudy Gobert et ont formulé des critiques très particulières.

« Je crois qu'il est entré dans la tête des joueurs »


Gobert, élu trois fois meilleur défenseur de l'année, a réalisé un double-double en marquant 13 points et en prenant 10 rebonds face aux éléments de Minnesota. Une belle performance, certes, mais loin d'être flamboyante quand même. Deux vaincus ont pourtant trouvé le moyen de s'en prendre aux qualités défensives du Français... « Je crois qu'il est entré dans la tête des joueurs, a indiqué Anthony Edwards. Il ne contrait même pas de tirs. Les joueurs allaient vers le cercle et se disaient : "Oh, ils ont Rudy Gobert". Je leur disais : "Frère, c'est un joueur comme les autres". Quand j'attaque face à Kristaps Porzingis, je n'ai jamais un lay-up. Mais je ne comprends pas pourquoi on ne parvient pas à finir face à Rudy Gobert. Il ne me fait vraiment pas peur, donc je ne comprends pas ».

« Et j'entends qu'il est le meilleur défenseur de l'année »

Quant à Patrick Beverley, il a critiqué la stratégie défensive élaborée par Utah. Gobert n'a en effet pas été placé sur Karl-Anthony Towns mais le Français restait plutôt sur un élément positionné dans un coin. « Si je suis le meilleur défenseur de l'année, je défends sur le meilleur joueur adverse, quoi qu'il arrive, a lâché Beverley. Je ne bouge pas. Ce n'est pas un manque de respect pour Royce O'Neale ou n'importe quel autre joueur de leur équipe, mais si je suis le meilleur défenseur de l'année, je ne défends pas sur Royce O'Neale. Je défends sur Mike Conley, sur Donovan Mitchell, sur Bojan Bogdanovic. Là, tu as Rudy Gobert qui défend sur Jarred Vanderbilt. Et j'entends qu'il est le meilleur défenseur de l'année. Peu importe ». Vexés, les Wolves après leur raclée ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.