NBA : Doumbouya n'était pas impliqué dans les violences de Limoges

NBA : Doumbouya n'était pas impliqué dans les violences de Limoges©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le dimanche 07 août 2022 à 15h46

L'avocat de Sekou Doumbouya est monté au créneau afin de défendre le joueur français, vite accusé sur les réseaux sociaux d'être mêlé à des émeutes de quartier à Limoges, après des précisions qui faisaient penser à son profil.



Le Populaire du Centre avait pris soin de ne pas citer le nom de Sekou Doumbouya, dans son article relatant quatre interpellations après des violences dans un quartier de Limoges en début de semaine (dans la nuit de lundi à mardi), et qui évoquait la participation d'un "jeune majeur de 21 ans, espoir du basket français rentrant des Etats-Unis et inconnu des services de police". Ni une, ni deux, quasiment tout le monde a alors pensé à celui qui a été recruté puis coupé deux fois par les Lakers la saison passée. Son avocat a dû démentir samedi : "Sekou Doumbouya, à plus de 4 500 km de Paris, est depuis la cible de nombreux messages désobligeants à son encontre, qui portent atteinte à son honneur. Il convient ainsi de préciser que l'individu décrit dans l'article n'est absolument pas monsieur Sekou Doumbouya."

Son représentant assure enfin que son client est "uniquement concentré sur ses prochaines échéances sportives", qui sont essentiellement (et seulement ?) tournées vers la recherche d'un nouveau contrat en NBA. Même s'il est bien difficile d'avoir de ses nouvelles en cet été... Sekou Doumbouya, drafté en quinzième position en 2019 par Detroit. Il s'était montré en vue avec les Pistons en janvier 2020, enchaînant alors deux matchs avec un double-double contre les Clippers puis les Warriors, marquant également 24 points face à Boston. Mais ça reste depuis son record en carrière, et hormis ce fulgurant épisode de quelques semaines il y a deux ans et demi, on attend toujours une réelle confirmation de la part de Sekou Doumbouya.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.