NBA : Doncic a aimé Real - PSG, Batum un peu moins

NBA : Doncic a aimé Real - PSG, Batum un peu moins©Panoramic, Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le jeudi 10 mars 2022 à 18h37

Le choc entre le Real Madrid et le Paris Saint-Germain a suscité son lot de réactions jusqu'aux Etats-Unis, où les stars européennes de NBA gardent toujours un oeil très attentif sur le football. Nicolas Batum, notamment, a eu du mal à encaisser.



La NBA se mondialisant, et donc s'européanisant, de plus en plus, le match entre le Real Madrid et le PSG a intéressé certains des très grands joueurs outre-Atlantique. Luka Doncic, en tant qu'ancienne pépite du club merengue, était ainsi très enflammé : "J'ai vu la deuxième période, c'était incroyable. Surtout Karim Benzema, qui a marqué trois fois en cinq ou six minutes. Luka Modric aussi, c'était la classe mondiale." L'attaquant français, en réalité, a réussi son triplé en 17 minutes (de la 61eme à la 78eme minute) pour permettre aux Madrilènes de l'emporter 3-1, renversant ainsi la situation après la défaite 1-0 de l'aller au Parc - et alors que le PSG menait encore 1-0 mercredi soir. Luka Doncic avait mené le Real à la victoire en Euroligue, la Ligue des champions du basket, en 2018, terminant MVP de la compétition et du Final Four à seulement 19 ans.


A l'inverse, c'était plutôt la soupe à la grimace pour Nicolas Batum, en dépit du succès des Clippers contre Washington (115-109) : "J'ai eu une très, très, très mauvaise journée. Personne n'était de bonne humeur. Cette victoire est le seul point positif. Ma voiture est tombée en panne et le PSG a perdu, ce n'était pas mon jour." Le capitaine des Bleus vice-champions olympiques a tout de même consenti à évoquer la suite de la saison avec la perspective des playoffs : "On est tous dans la même situation, à environ 65 matchs, tout le monde doit faire attention à la récupération. On se bat tous pour la même chose, tout le monde va au combat et joue quelque chose en cette fin de saison. Le grand rendez-vous des playoffs arrive, tout le monde va monter en puissance et il va falloir être prêts." Mais la tête, on le sentait bien, était encore à Madrid...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.