NBA - Charlotte : Des louanges pour Tony Parker

NBA - Charlotte : Des louanges pour Tony Parker©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, publié le lundi 12 novembre 2018 à 17h32

Grand artisan de la victoire des Charlotte Hornets sur le parquet des Detroit Pistons ce dimanche, le meneur français de 36 ans Tony Parker a reçu les louanges de ses équipiers... et adversaires.

A 36 ans, Tony Parker semble revivre du côté de Charlotte, après deux saisons difficiles à San Antonio, entre blessure et baisse de temps de jeu. Le meneur français s'éclate en tant que remplaçant chez les Hornets, et tourne à une moyenne plus qu'honorable de 10,8 points et 4,2 passes en 19 minutes, lors de ses douze premiers matchs de la saison. Ce dimanche, « TP » a été le grand artisan de la victoire 113-103 sur le parquet de Detroit, qui permet à Charlotte d'avoir un bilan de sept victoires pour six défaites. Il a inscrit 24 points (co-meilleur marqueur du match), délivré 4 passes et pris 3 rebonds, ce qui lui a valu les louanges de l'entraîneur de Detroit, Dwane Casey : « Tony fait du Tony. Je suis juste surpris qu'il n'ait pas perdu sa rapidité. Il allait où il voulait sur le terrain, et on n'a pas réussi à l'arrêter. C'est probablement un joueur qui sera élu au Hall of Fame dès le premier tour, mais nous devons faire mieux face à lui ».

Walker : "Tony sait comment gagner des matchs"


Même son de cloche du côté de Kemba Walker, le meneur titulaire de Charlotte, son cadet de huit ans, avec qui il s'entend parfaitement bien : « Tony est un leader, il apporte de la passion et une attitude de "winner", il sait comment gagner des matchs. Il joue bien. Je crois que c'est sa 18ème saison, il a quatre titres et cela se voit. Il est tout le temps en train de parler aux gars sur le banc. Il fait des critiques positives, ce dont nous avons vraiment besoin. C'est le pied de l'avoir ». Ancien assistant à San Antonio, le coach de Charlotte James Borrego est lui aussi évidemment ravi d'avoir de nouveau le meneur français sous son aile : « En tant que coach c'est un luxe d'avoir deux meneurs sur le terrain. Tony est souvent en meneur de jeu et Kemba joue sans le ballon. Mais il y a eu un moment où c'est Kemba qui avait le ballon et Tony jouait sans ballon. Le mélange des deux en attaque est bon pour nous et si nous exécutons si bien c'est grâce à eux, qu'ils soient ensemble sur le terrain ou non. » En attendant que Nicolas Batum se mette au diapason de son compatriote (9,6pts, 5,2rbds, 3,8pds en 32min), les Hornets réalisent un bon début de saison, avec une cinquième place au sein de la Conférence Est. Et Tony Parker espère bien disputer les play-offs pour la 18eme fois d'affilée...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.