NBA : Ce joueur qui compare Trump... à Hitler

NBA : Ce joueur qui compare Trump... à Hitler©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le mercredi 04 novembre 2020 à 15h26

Alors qu'on ne connaît pas encore le nom du prochain président américain, le dépouillement étant toujours en cours, Robin Lopez s'en est pris vertement à Donald Trump, comme d'autres joueurs NBA.

 

Au lendemain de l'élection présidentielle américaine, on ne sait pas encore si Donald Trump se succédera à lui-même, ou si Joe Biden, le candidat démocrate, va l'emporter. Le décompte des voix est toujours en cours dans plusieurs Etats-clés, et le résultat final pourrait ne pas être connu avant plusieurs jours. Ce qui n'a pas empêché le controversé président des Etats-Unis de revendiquer la victoire, en dénonçant une "fraude" électorale et en annonçant sa volonté de saisir la Cour suprême et d'arrêter le décompte des voix. Dans un pays plus divisé que jamais et frappé de plein fouet par une crise sanitaire, économique et sociale, cette situation n'a pas manqué de faire réagir les joueurs NBA, dont certains s'impliquent beaucoup pour dénoncer les injustices raciales et sociales. 

Et le plus virulent a sans doute été Robin Lopez, qui a réagi sur Twitter à ce message de Trump : "On est LARGEMENT devant, mais ils essaient de VOLER l'élection. On ne les laissera jamais faire. Les voix ne peuvent pas être prises en compte alors que les bureaux de vote sont fermés !" L'intérieur des Bucks, où il évolue avec son frère jumeau Brook, a ainsi écrit sur le même réseau social : "Un exemple de dérapage hitlérien, beaucoup moins populaire que son cousin de type freudien." D'autres joueurs de la ligue n'ont pas manqué de marquer leur opposition au 45e président des Etats-Unis. C'est le cas de Josh Hart. "Le fait que des gens votent vraiment pour que ce raciste reste au pouvoir montre ce que ce pays pense vraiment en privé", a écrit l'arrière des Pelicans sur Twitter. Stan Van Gundy, son nouveau coach à la Nouvelle-Orléans, a lui estimé que l'ancien joueur des Lakers avait "totalement raison. Même si, honnêtement, beaucoup ne s'en cachent même pas."  

Vos réactions doivent respecter nos CGU.