NBA - Batum : " Les Français méritent ce match "

NBA - Batum : " Les Français méritent ce match "©Media365
A lire aussi

Nicolas Kohlhuber, publié le jeudi 23 janvier 2020 à 20h47

Nicolas Batum sera le premier Français a participé à un match de saison régulière NBA dans son pays natal. Il évoque cet événement.



Ce match de NBA en France, ça doit être spécial pour vous ?
Bien sûr, c'est spécial. C'est le premier match de saison régulière en France en plus. On a déjà eu des matchs de pré-saison en France, mais ce n'est pas pareil. A 14 ans, j'avais assisté à l'un d'entre eux. Maintenant, j'ai la chance de participer à une rencontre comme ça, c'est incroyable.

Est-ce que l'on peut dire que c'est une nouvelle étape dans la relation entre la France et le basket ?
En France, on aime le basket. On a eu les succès de Tony (Parker) et Boris (Diaw) pour nous aider. En les voyant, on se dit pourquoi pas moi. Ils ont ouvert des portes pour les plus jeunes. Il y a eu Dirk Nowitzki ou Pau Gasol mais là on parle de la France. Les succès de Tony ont ouvert les yeux des jeunes sportifs français. Des jeunes joueurs qui connaissent maintenant de grands succès et rejoignent la NBA. Quand on voit Rudy Gobert en ce moment qui sera certainement au All-Star Game, cela prouve que le basket français est dans une spirale positive. Sekou Doumbouya et Frank Ntilikina sont aussi arrivés. Et d'autres suivront. Cela prouve que le jeu est enseigné de la bonne manière en France.

Est-ce que la performance réalisée à la Coupe du Monde a fait changer l'image du basket français aux Etats-Unis ?
Un petit peu quand même. Je pense que le basket français a gagné un certain respect grâce aux succès de Tony mais aussi à la constance de nos performances en NBA. Les succès actuels de Rudy y contribuent aussi. Cet été a changé un peu les choses, on a battu les Américains. On a gagné encore plus de respect. C'est l'aboutissement d'un travail commencé par Tariq Abdul-Wahad et Jérôme Moïso, enchaîné par Tony Parker, Boris Diaw et Ronny Turiaf, puis ma génération et maintenant celle de Rudy (Gobert) et Evan (Fournier). Le temps viendra pour Frank et Sekou, puis ça sera au tour de Killian Hayes ou Théo Malédon de prendre la suite.

Batum : « Une effervescence comme j'en ai rarement connue »

La salle sera pleine vendredi, penchera-t-elle plutôt en faveur de vos Hornets ou des Bucks de Giannis ?
On verra demain (vendredi). Je pense qu'il y aura un peu des deux. Je suis content que la NBA revienne en France, c'est le plus important. Quand il y a eu l'annonce, j'étais content que les fans français puissent revoir le basket NBA chez eux. Ils le méritent. C'est un basket très suivi avec beaucoup de matchs diffusés ici. Je suis content qu'ils puissent voir ça en vrai et notamment Giannis. C'est bien qu'ils puissent voir un tel joueur de près, moi ils ont déjà l'habitude (rires).

D'après vous, c'est important que la NBA se montre un peu partout ?
Oui, bien sûr. La NBA est très internationale. C'est certainement la ligue la plus connue au monde. C'est bien de faire ce qu'ils font surtout venir dans une ville qui aime le basket autant que Paris. Ici il y a beaucoup de basketteurs, de terrains... On voit l'engouement depuis deux, trois jours, Je ressens une effervescence autour de ce match comme j'en ai rarement connue, même avec l'équipe de France. Je viens d'apprendre qu'il y aura un autre match l'an prochain, c'est une très bonne chose. Il faut que ce rendez-vous devienne annuel et que les autres joueurs français aient aussi le droit à leur match. Je sais ce qu'Evan ressent aujourd'hui, ça serait bien qu'il puisse jouer ici. C'est aussi une bonne chose pour le public et le basket français. Cet événement montre qu'on a un beau sport et que les Américains pensent parfois à nous.

Malgré l'excitation, quel impact physique a ce match sur vous ?
On est un peu fatigué, on a eu de longues journées. C'était un vol de huit heures avec le décalage horaire, c'est pas évident à gérer mais l'excitation et l'engouement du moment vont prendre le dessus. C'est un moment unique dans une carrière pour moi mais aussi pour mes coéquipiers qui sont contents d'être là et de passer ce moment en France. Ce n''est pas évident mais l'occasion ne se représentera pas forcément, alors on en profite à fond.

Propos recueillis à l'AccorHotels Arena par N.K.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.