LeBron James : «On s'est fait massacrer à trois points»

LeBron James : «On s'est fait massacrer à trois points» ©Panoramic, Media365

Aurélien Canot, Media365, publié le mardi 28 novembre 2023 à 12h34

Lundi soir, LeBron James a subi sa plus lourde défaite en carrière (138-94 face aux Clippers). Après-coup, le "King", très mécontent et qui a préféré ne pas trop réagir à chaud, associait notamment cette déculottée à un naufrage sur les tirs à longue distance.


A bientôt 39 ans, LeBron James n'avait jamais connue pareille humiliation. Depuis ses grands débuts en NBA, il y a vingt ans, le "King" n'avait jamais reçu une fessée comme celle qu'ont administrée les Sixers aux Lakers en Pennsylvanie (138-94) lundi soir. Une déroute qui n'a évidemment pas fait plaisir à la superstar de la franchise californienne, à qui il faut habituellement plusieurs jours avant de se remettre d'une défaite, même sur un score moins cinglant. Alors imaginez le sentiment qui pouvait habiter le quadruple MVP et quadruple MVP des Finales) lorsqu'il a quitté le parquet de Philly lundi sur cette déroute historique pour lui. "Je ne sais pas ce qu'en pense l'équipe, mais à titre personnel, je n'aime pas ça", n'a pas caché le numéro 23, qui venait paradoxalement de battre un nouveau record en devenant le premier joueur de l'histoire de la NBA à avoir atteindre un tel temps de jeu (66 320 minutes), play-offs compris. Malheureusement pour James, c'est un autre aspect de sa soirée, cauchemardesque, qu'il était bien obligé de retenir. James ne digérait particulièrement pas le naufrage de son équipe sur les tirs derrière la ligne (7 sur 28).

Davis : "On a essayé de jouer les héros au lieu de jouer ensemble"

Une défaillance inadmissible à ses yeux. "On s'est fait massacrer à trois points". Et ce n'était pas le soir à essayer de savoir ce qui expliquait cette humiliation. Les journalistes présents devant "King James" en conférence de presse et qui tenaient absolument à savoir ce que devaient modifier les Lakers dans leur jeu pour ne pas revivre un tel calvaire ont ainsi été reçus. "Qu'est-ce qui doit changer ? Beaucoup de choses", s'est uniquement contenté de répondre (et ce à plusieurs reprises) le joueur, furieux. Anthony Davis, qui rasait les murs lui aussi après cette claque magistrale, ne s'est pas montré beaucoup plus bavard que son célèbre coéquipier. Néanmoins, "AD" s'est montré plus coopératif. "On a donné l'impression de ne pas jouer ensemble (...) Et quand ils ont commencé à s'envoler au score, on a essayé de jouer les héros au lieu de jouer ensemble." Des héros, les Lakers en ont tout sauf été lundi. Des zéros, en revanche...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.