L.A Clippers : Les sifflets ? Leonard préfère parler d'... amour

L.A Clippers : Les sifflets ? Leonard préfère parler d'... amour©Panoramic, Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le dimanche 22 décembre 2019 à 10h12

Une fois de plus conspué par le public de l'AT&T Center, samedi soir pour son troisième retour à San Antonio depuis son départ, Kawhi Leonard s'est montré impassible ensuite en zone mixte, comme il l'avait été sur le terrain.

L'hostilité glisse visiblement sur Kawhi Leonard comme l'eau sur les plumes d'un canard. Comme lors de ses deux précédentes venues à San Antonio depuis son départ, l'ancien joueur des Spurs a eu droit à un accueil tout sauf chaleureux de la part de l'AT&T Center, samedi soir à l'occasion de son retour avec les Clippers. Leonard a été hué et insulté par le public à chaque fois qu'il a touché le ballon. Mais cela ne l'a pas empêché de réaliser un petit festival (36 points à 11 sur 16 aux tirs, 9 passes, 7 rebonds et 4 interceptions en trois quart-temps) et de grandement contribuer au carton de son équipe face aux Texans (134-109). En sortant du terrain, l'ancien chouchou local devenu l'ennemi juré depuis qu'il a décidé de voguer sous d'autres cieux a reconnu que les sifflets n'avaient aucun effet sur lui.

Leonard : « Les huées, c'est de l'amour »

« Ca fait partie du jeu, c'est le type de joueur que je suis, et c'est probablement dû à la façon dont je suis parti et comment elle a été dépeinte. Je n'en tire aucune conclusion. Je sais que c'est un match et de la compétition. Quand nous ne jouons pas ou si je marche dans la rue et que je vois quelqu'un de San Antonio, il me remercie pour tout ce que j'ai fait. Ils respectent la façon dont j'ai joué quand j'étais ici. » Et plutôt que de répondre à ses anciens fans ou de rentrer dans leur jeu, Leonard préfère, lui, parler d'amour. « Les huées sont simplement de l'amour, je le prends juste comme ça, a ainsi répondu « The Klaw », interrogé par USA Today. Je suis ici pour une raison : gagner un match de basket. Ne pas avoir le public de notre côté ne peut que nous rendre, mon équipe et moi, meilleurs. » Les détracteurs du numéro 2 sont prévenus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.