Bleus : Doumbouya rêve des JO de Tokyo

Bleus : Doumbouya rêve des JO de Tokyo©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le mardi 10 mars 2020 à 15h36

Sekou Doumbouya évoque l'équipe de France, avec un rêve bien précis en tête : disputer les Jeux de Tokyo 2020.

Ses débuts en NBA et les JO de Tokyo avec l'équipe de France. Sekou Doumbouya (19 ans) voit grand. Revenu sur ses premiers pas dans la Grande ligue, avec Detroit, l'ancien joueur de Poitiers a confirmé qu'il avait des ambitions à revendre. Alors qu'il n'a encore jamais porté le maillot des Bleus, le rookie français des Pistons, interrogé par nos confrères du Figaro, n'a pas caché qu'il rêvait d'être de l'aventure des Jeux 2020 avec les Tricolores. Doumbouya avoue d'ailleurs qu'entre le Mondial et les Jeux Olympiques, son choix est très vite fait. Et ce n'est pas la perspective de disputer la Summer League au même moment qui y changera quoi que ce soit. « Il n'y a même pas de choix à faire ! Entre l'équipe de France, Summer League... il n'y a pas de choix, c'est l'équipe de France, direct ! Mon sentiment, là, de base, c'est que je veux faire les J.O. J'ai envie de les faire et je vais mettre toutes les chances de mon côté pour », reconnaît l'ailier drafté en 15eme position par Detroit l'année dernière. Ses éventuels futurs partenaires chez les Bleus (ou ancien Bleus) peuvent en attester pour en avoir parler avec l'intéressé : le garçon né à Conakry a très faim des Jeux, et il fera tout pour être de la fête au Japon. « J'ai échangé avec Evan (Fournier), avec Frank (Ntilikina)... Rudy (Gobert). Dimanche, Boris (Diaw) était là, pour l'autre match, à Detroit. On a parlé. Même s'il ne m'a pas fait savoir quoi que ce soit. Il m'a juste présenté le calendrier et c'est à moi de faire mes preuves... Pourquoi pas ? Enfin, ce n'est même pas pourquoi pas. J'ai envie de les faire. »

Doumbouya : « Le rythme NBA, ça se paye »

Malgré son inexpérience internationale, le joueur passé du CSP Limoges à la NBA est certain de pouvoir amener un plus aux Bleus, ne serait-ce que de par son physique (2,03 m, 104 kg). « Ce que je peux apporter ? Il y a le gabarit, répond Doumbouya sur le site du Figaro. Tout ce que le coach peut demander, aussi. Parce que ce n'est pas la NBA. C'est un autre jeu. C'est un jeu européen, c'est comme ça que l'on a appris le basket. C'est plus facile. » En attendant de savoir s'il aura sa chance sous les ordres de Vincent Collet à Tokyo en juillet-août prochain (si l'épreuve est maintenue), le jeune joueur français qui a déjà fait chavirer ses fans sur quelques dunks ravageurs, dont un poster d'anthologie en début d'année sur le nez de Tristan Thompson, va s'attacher à retrouver son niveau de 2019. Depuis le passage en 2020, Doumbouya, comme son équipe, marque en effet sérieusement le pas. Il en est conscient et promet qu'il va mettre les bouchées doubles à l'entraînement pour retrouver et son basket d'il y a quelques mois et sa place de titulaire. « Toute l'équipe est un peu dedans en ce moment... Il faut juste continuer à travailler. C'est tout. Continuer à travailler et être meilleurs, match après match. Le rythme NBA, ça se paye. Ca se paye. Surtout vers la fin de saison. » Pour avoir une chance de s'ouvrir les portes de l'équipe de France, le numéro 45 des Pistons sait ce qu'il lui reste à faire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.