Rétro 2017 : le rendez-vous manqué post-Parker

Rétro 2017 : le rendez-vous manqué post-Parker©Media365

David HERNANDEZ, publié le lundi 25 décembre 2017 à 10h54

Un an après la retraite de Tony Parker, la nouvelle génération des Bleus avait l'occasion de prendre le pouvoir lors de l'Eurobasket. La bande à Vincent Collet a finalement coulé et mal débuté la nouvelle ère.

On dit souvent qu'on se rend compte de l'importance de quelqu'un quand cette personne n'est plus là. Le basket français n'a pas attendu un quart de finale raté contre l'Espagne aux JO de Rio pour savoir que Tony Parker allait terriblement lui manquer. Fidèle à sa parole, le meneur a donc laissé le maillot au vestiaire après s'être heurté au rival espagnol dans une campagne olympique dont il n'avait pas rêvé pareil dénouement. La page de la génération Zadar tournée (hormis l'inépuisable Boris Diaw), le chantier était grand voire énorme pour la nouvelle génération. Déjà plus impliqué depuis l'Eurobasket 2015, Nando De Colo et Nicolas Batum devaient être les nouveaux fers de lance cette équipe de France new-look lors de l'Euro 2017. En maintenant Vincent Collet à la tête des Bleus, la fédération française a fait le choix de la continuité avec un coach qui connaît pratiquement par cœur cette génération censée faire la transition. Mais, les premiers problèmes ont commencé avec les annonces de « Batman » et Rudy Gobert. Les deux joueurs NBA éprouvés par le rythme infernal de la ligue nord-américaine ont fait le choix de l'impasse. Inconcevable pour beaucoup mais surtout une première épine dans le pied de Collet qui n'avait pas besoin de ça. Un an après Rio, le sélectionneur n'a toujours pas réglé le facteur Evan Fournier. Laissé à la maison pour les Jeux, l'arrière du Magic a de la rancune, attend toujours des explications mais sent qu'il y a une place à prendre. « Ma décision était déjà prise quand je l'ai appelé. Je voulais juste annoncer que je venais. Je ne voulais pas revenir sur le passé, ça n'aurait mené à rien. » Pas de réelles discussions donc entre les deux parties mais une envie commune d'écrire un nouveau chapitre au livre d'or de l'équipe de France. L'objectif est clair au moment de se rassembler, la médaille en Finlande est clairement visée. Les matchs de préparation vont apporter de l'optimisme dans les troupes. Avec six victoires en huit rencontres, les performances défensives sont encore loin d'être au rendez-vous notamment dans les deux défaites face à la Croatie et la Lituanie au contraire du festival offensif mené par De Colo, Fournier ou encore Heurtel. « On a montré de l'envie dans tous les secteurs, mais celle qu'on a montré en défense était la plus importante. C'est ce qui va conditionner la réussite ou non de notre Euro. », assure Collet. Les Français s'envolent donc en Finlande le plein de confiance et dans le but de faire honneur à leurs glorieux aînés. Seulement, le sélectionneur des Bleus a vu juste. C'est avant tout en ayant une bonne défense qu'on peut avoir des résultats au basket. Un peu trop sûr d'eux, les coéquipiers de Boris Diaw vont vite déchanter en se faisant surprendre dès le premier match par des Finlandais survoltés devant leur public. « En faisant ce qu'on fait depuis le début du tournoi, on ne peut pas prétendre aller beaucoup plus haut. C'est clair et net. A nous de nous faire violence. », prévient Collet. Dans leur envie de tout bien faire, les Bleus ont oublié l'essentiel : jouer en équipe. Si offensivement, il n'y a rien à dire, la cohésion défensive a mené la France à sa propre perte notamment contre la Slovénie et l'Allemagne en huitièmes. S'il n'était pas le facteur X dans les années passées, Flo Piétrus avait cette énergie et cette grande gueule qui rameutaient les troupes dans les tâches obscures. Cette fin précipitée montre que le talent individuel ne fait pas tout et que chacun, leaders absents et présents en Finlande, va devoir se mettre au diapason si la France veut retrouver les sommets européens et mondiaux et qu'on arrête de parler de cette génération Parker au poids lourd.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.